La France, pays de cocagne de la mafia géorgienne

La France, pays de cocagne de la mafia géorgienne

30/12/2013 – 15h30
PARIS (NOVOpress) –
Le rapport confidentiel du Service de renseignement et d’analyse sur la criminalité organisée (Sirasco) du commissaire Dimitri Zoulas, créée par « la direction centrale de la police judiciaire » pour « recueillir, centraliser et analyser les informations sur la criminalité organisée en France », a fait grand bruit dernièrement car il montrait l’emprise croissante des bandes criminelles étrangères sur le territoire français.

Un passage du rapport n’a pas retenu toute l’attention qu’il méritait : « Des lois d’amnistie adoptées en Géorgie en 2005 et 2013 pour les voleurs non reconnus comme mafieux en échange de leur départ du territoire ont entraîné un déploiement massif de criminels en Europe ». Résultat : la France est devenu l’un des terrains de prédation de la mafia géorgienne (Les voleurs dans la loi) et les mis en cause d’origine géorgienne ont augmenté de 78 % en 2012 ! En 2011, 1.500 Géorgiens avaient été interpellés en France.

Un article du quotidien breton Le Télégramme rapporte les propos ahurissants des voyous géorgiens : « “Viens en France, tu peux avoir 700 €, un logement gratuit et de la nourriture à l’œil”, explique l’un d’eux. Un autre se vante de n’avoir “rien acheté” depuis son arrivée en France. »

Selon un gendarme, « ils connaissent tous les dispositifs d’aide et les procédures pour les demandes d’asile, (…). En suivant les instructions qu’on leur a laissées, en ayant aussi recours à de nombreux alias (ils peuvent changer d’identité en Géorgie, c’est légal), ils savent qu’ils pourront circuler en France sans problème pendant au moins un an. » Les cambriolages commis en France par ces malfaiteurs pourraient rapporter jusqu’à 200.000 € par semaine selon une estimation du Sirasco.