L'homme de l’année, le pape François ou Poutine ? Tribune de Metamag

L’homme de l’année, le pape François ou Poutine ? Tribune de Metamag

La célébration par une partie de la presse du pape François est révélatrice de l’hypocrisie et de la subversion médiatique. Le pape François n’est certes pas homme de l’année parce qu’il est catholique. Non, les journalistes militants espèrent qu’il va ouvrir l’église à la religion cathodique autour de l’avortement, des homosexuels, et des divorcés.

Ils ne pensent qu’à ça. C’est en s’attaquant aux mœurs, faute de pouvoir agir sur le politique et le social, que les médias veulent changer notre société pour en faire un monde à leur image. Ce changement de civilisation, dont les français ne veulent pas, a été illustré encore en France par le rapport sur l’immigration proposant les moyens d’instaurer une future France basanée et musulmane..

Que ceux qui souhaitent la fin des racines chrétiennes de l’Europe célèbrent le pape François devrait nous ouvrir les yeux. L’ancienne civilisation, celle d’aujourd’hui encore et de demain avec un peu d’effort et de courage, est défendue objectivement par un seul homme dans le monde. C’est Poutine. On peut en penser ce que l’on veut, et il y en aurait à dire, mais c’est comme ça. Celui qui est pour la nation, la famille traditionnelle, la civilisation de l’Europe millénaire et de ses valeurs fondatrices, c’est Poutine. C’est pourquoi il est l’homme de l’année.

Il a évité au monde une guerre imbécile contre la Syrie au profit des fanatiques obscurantistes et freiné la menace militaire contre l’Iran. Mais il a aussi fait la synthèse de toutes les gloires et brûlures de l’histoire pour préparer l’avenir, parce qu’il assume tout – Pétain et de Gaule pourrait-on dire – à des années lumières donc du manichéisme obsessionnel français. Il est le seul européen historique encore debout.

L'homme de l’année, le pape François ou Poutine ? Tribune de MetamagAlors que s’ouvre l’année 2014, centenaire du début de cette guerre civile européenne imposée déjà par ses fanatismes idéologiques, il est bon de réfléchir à ce siècle de 14 (livre indispensable) comme l’écrivait Dominique Venner , samouraï d’occident, grand disparu de l’année 2013.

Oui notre civilisation peut mourir, notre nation aussi. La haine de soi et l’idolâtrie de l’autre est la maladie mentale terrible des fausses élites du fric et des histrions et qui est diffusée par le poison médiatique. Plus que jamais contre la désinformation mortifère, la civilisation du courage et du beau est en état de légitime défense. Esprit critique réveille toi.

Source : Metamag.

Crédit images : DR.