L’accord de libre échange transatlantique, outil d’influence supranationale et privatisé ?