Inversion de la courbe du chômage : il faudra patienter…

Inversion de la courbe du chômage : il faudra patienter…

20/12/2013 – 15h30
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Alors que le président de la République avait juré ses grands dieux que la courbe du chômage s’inverserait avant 2014, l’Insee vient d’annoncer qu’il faudrait encore patienter de longs mois…

Selon l’Institut, le taux passera de 10,9 % fin 2013 à 11 % d’ici fin juin 2014, avec une progression moyenne de 0,3 % par trimestre, pour connaître ensuite une quasi‑stabilité. Reste à savoir comment est calculé le nombre de chômeurs. Les chiffres de l’Insee et de Pôle emploi sont en effet différents. La publication mensuelle du nombre de chômeurs est un décompte administratif fait par Pôle emploi : on compte simplement le nombre de personnes inscrites alors que le taux réel est calculé à partir de données récupérées par des enquêteurs sur le terrain, auprès de chefs d’entreprises et de ménages. Vous avez dit « traitement statistique du chômage » ?

Une prévision de l’Insee est quand même de nature à consoler le gouvernement…

La croissance serait au rendez‑vous les trois prochains trimestres, avec une hausse du PIB de 0,4 % fin 2013 et de 0,2 % pour les deux premiers trimestres de 2014. Vraie raison de cette pseudo reprise : « Ce sont les emplois aidés qui le permettent », selon Cédric Audenis, chef du département de la conjoncture de l’Insee. Situation ubuesque :
1/ l’emploi est profondément dégradé mais le gouvernement continue d’ouvrir toutes grandes les vannes de l’immigration pour des raisons de clientélisme électoral.
2/ L’économie saine est incapable de créer des emplois en nombre suffisant, donc le gouvernement socialiste a recours aux emplois aidés, stériles mais juteusement clientélistes, aggravant une dette qui justifie le matraquage fiscal des ménages français, matraquage qui plombe l’économie réelle.

Un cercle vicieusement socialiste…

Crédit photo : Jean-Marc Ayrault, via Flickr, (cc).