Quand les antifas protègent les violeurs

Quand les antifas protègent les violeurs

19/12/2013 – 21h25
LYON (NOVOpress) –
Depuis quelques mois, plusieurs cas d’accusations de viols ont montré la grande tolérance de l’extrême gauche à protéger les délinquants sexuels en son sein. Loin d’être des faits isolés, souvenons du tueur et violeur en série Guy Georges, ils montrent la schizophrénie de militants s’insurgeant contre le moindre indice de sexisme et qui par contre, accueillent dans leurs rangs, des personnes accusées de viols par de nombreuses femmes ou jeunes garçons.

Le dernier exemple en date en est symptomatique. Les organisateurs du festival du Lyon Antifa fest (ci-dessus) ont été accusés par un groupe de féministes de faire la promotion d’un violeur.

Polémique sur les violeurs dans le milieu antifa sur Indymédia

Polémique sur les violeurs dans le milieu antifa sur Indymédia

Selon les anarkaféministes, l’auteur de l’affiche du festival Antifa Lyonnais « est un auteur de viol. Les organisateurs le savent depuis longtemps, des dires mêmes de l’auteur. »

L'attaque des anarkaféministes

L’attaque des anarkaféministes

La réponse des Antifas lyonnais est sibylline, préférant botter en touche : « Nous avons donc pris la décision, certes tardivement, de ne plus utiliser cette affiche. Nous regrettons d’avoir laissé croire, par notre silence et l’utilisation de cette affiche jusqu’ici, que nous cautionnons le viol. Alors NON, nous ne cautionnons, ni ne défendons aucun comportement participant au système de domination patriarcal, de quelque personne que ce soit et quelque soit les circonstances. » Car ce « dessinateur du milieu militant libertaire » traîne sa mauvaise réputation depuis 2004 et la publication de trois textes « Combien de fois 4 ans ? ».

Dans ce témoignage, la victime dénonce un « chanteur d’un groupe anarchopunk en vogue », et « très bien vu dans les milieux squats, punks, etc. car il était l’antisexiste de service, à faire des dessins qui mettent en scène des meufs militantes, genre tout le monde il est beau au pays des crêtes, genre moi j’ai réfléchi à plein de trucs, chuis pas un bourrin basique ».

En mars dernier, on apprenait que depuis « plusieurs années », le milieu antifa parisien couvre un de ses militants (notamment connu pour son combat en faveur des clandestins), pédophile et violeur avéré. Au nom de la lutte contre les valeurs bourgeoises et autoritaires (prison, justice, police), les jeunes victimes de viols et d’abus sexuels ont été encouragées à ne pas porter plainte contre « Paco »… Les organisations antifas et anarchistes se contentent de l’exclure de leurs lieux de réunion ce professeur de français à Paris jusqu’en 2006.

Des révélations sur "Paco"

Des révélations sur “Paco”

D'autres révélations

D’autres révélations