Les Japonais et la Guerre de l'Asie-Pacifique, de la tragédie au mythe

Les Japonais et la Guerre de l’Asie-Pacifique, de la tragédie au mythe

Ci-dessus : le bombardement de Tokyo avec des bombes incendiaires la nuit du 9/10 mars 1945, causa plus de morts que les bombes atomiques d’Hiroshima ou de Nagasaki.

Le livre de Michael Lucken, Les Japonais et la guerre (1937-1952), est un ouvrage qui fera date dans l’historiographie du Japon contemporain autant par l’originalité et la pertinence de l’approche méthodologique que par l’acuité des idées exprimées par son auteur.

Les Japonais et la Guerre de l'Asie-Pacifique, de la tragédie au mytheMichael Lucken est professeur des universités près l’Institut des langues et des civilisations orientales, spécialiste de l’art japonais, spécialité qui est une des pièces maîtresse du dispositif analytique et des sources exploitées par l’auteur pour saisir notamment les mécanismes psychologiques ayant animé les Japonais pendant la guerre de l’Asie-pacifique et l’immédiat après-guerre (fin de l’occupation américaine). Rien de plus précieux en effet, en une période où la parole publique n’est pas nécessairement libre, que de recourir aux sources littéraires, graphiques et visuelles pour saisir l’ampleur affective du drame, son appropriation par les Japonais et son instrumentalisation par les pouvoirs politiques nippons et américains.

Il suffit de garder en mémoire les passages poignants de Shûsako Endô, notamment dans son roman Le fleuve sacré, pour apprécier l’impact sur cet auteur lorsqu’il fût informé a posteriori des actes de cannibalisme commis par des soldats affamés, harcelés et en déroute en pleine jungle de Birmanie. L’ombre de la guerre se pose aussi implicitement ou explicitement dans les réalisations cinématographiques et la bande dessinée contemporaines (films, anime, manga).

Les Japonais et la Guerre de l'Asie-Pacifique, de la tragédie au mytheSurtout, Michael Lucken, qui a exploité une importante quantité de sources japonaises, nous démontre comment la Seconde Guerre mondiale est devenue « une figure mythique » au Japon. Il nous explique comment la fin du conflit, et en particulier le drame des bombes atomiques, a été exploitée par l’empereur et sa chancellerie pour assurer, avec le consentement des autorités américaines d’occupation (SCAP), la survie et la permanence de l’institution impériale au prix du sacrifices de nombreuses vies humaines, d’une interprétation et d’une manipulation de la réalité historique. Ce thème est abordé dans la seconde partie de l’ouvrage et apporte un éclairage sur les enjeux mémoriels et politiques actuellement en jeu en Asie.

L’auteur relate peu les crimes commis par l’armée japonaise en guerre. Cela a déjà été traité par Jean-Louis Margolin (Violences et crimes du Japon en guerre, 1937-1945, Grand Pluriel, 2009) et les campagnes militaires, ce n’est pas l’objet principal de son livre. Il a surtout étudié le vécu de l’arrière, l’impact de la guerre sur le quotidien : une guerre d’abord coloniale et lointaine, et qui devient de plus en plus présente en raison d’un plus grand embrigadement du corps social, de l’accroissement du nombre des tués et des bombardements alliés. Le lecteur pourra être choqué par le mépris des autorités pour leurs soldats, et en particulier du problème du rapatriement des ossements des morts au combat : pour les Japonais, le respect aux défunts et le deuil des familles est conditionné par le retour des cendres, de restes ou d’effets personnels du défunt ; or, la réalité des engagements armés ne le permettant pas toujours, les autorités militaires japonaises ont multipliés les expédients, et même préconisé le prélèvement in vivo et anticipé de reliques, principalement les phanères (à l’instar des pilotes kamikazes qui avaient la tête rasée, à l’exception d’une mèche de cheveux destinée à être envoyée aux proches du héros).

Les Japonais et la Guerre de l'Asie-Pacifique, de la tragédie au mythe

Pilotes kamikazes avant leur départ en mission

Ce mépris a ouvert très tôt les portes à toutes les sollicitations au sacrifice : si la valorisation et la pratique d’offrir héroïquement sa vie au combat est ancienne au Japon (et pas uniquement japonaise, l’auteur explique brillamment l’influence de la pensée occidentale au Japon, et en particulier Romain Rolland), c’est surtout l’exemple des trois soldats qui se seraient délibérément sacrifiés à Shanghai le 22 février 1932 en transportant un tube de Bangalore (explosif servant à faire des brèches dans les fortifications ou lignes de barbelées adverses) que les contemporains de la guerre ont en mémoire : ces « trois bombes humaines » ou « projectiles de chair » sont à l’origine du terme « nikudan », largement employé dans la presse pour désigner les soldats prêts à mourir dans une mission sans retour. L’épisode des kamikazes se situe dans cette continuité, mais avec une intensité supérieure, car le Japon se trouve devant le gouffre de la défaite…

Enfin, Michael Lucken nous éclaire sur la dimension romantique de l’engagement patriotique de la population japonaise qui pensait sincèrement que l’occupation nippone en Asie serait temporaire, le temps nécessaire d’ « éclairer spirituellement » les populations des pays conquis… Malgré la brièveté de la présence des armées impériales, le message d’émancipation véhiculé à l’époque a porté ses fruits, comme en témoigne la vague de décolonisation asiatique. Nous est révélée l’irrationalité et le romantisme du peuple et des élites nippons dans le déclenchement et la poursuite d’une guerre avec de faibles, voire aucune, perspectives de victoire. « Le Japon enfermé dans la modernité occidentale (…) n’avait d’autres solutions (…) que de se lancer dans la guerre, pour que les individus puissent ainsi une dernière fois sentir et prolonger la pureté du souffle national. Il n’y avait à l’horizon ni paix ni après-guerre, seul importait un engagement immédiat, complet et sans retour. La lumière se trouverait dans la ruine. »

Rémy Valat

– Michael Lucken, Les Japonais et la guerre (1937-1952), Fayard, 2013, 399 p.

Source : Metamag.

Photo en Une : domaine public, via Wikipédia. Crédit photos dans le texte : DR.