Quand Edouard Martin promettait d’être « le malheur » de François Hollande