Jacques Sapir sur « l’économie cannibale »