Vladimir Poutine : « Nous nous efforcerons d’être des leaders »

Vladimir Poutine : « Nous nous efforcerons d’être des leaders »

13/12/2013 – 13h20
MOSCOU (NOVOpress) – C’est un Vladimir Poutine gonflé à bloc et plus volontariste que jamais qui s’est exprimé jeudi au Kremlin pour défendre les prises de position de la Russie et son conservatisme assumé face à un Occident en perte de valeurs.

« Le monde devient de plus en plus contradictoire et agité. Dans ces conditions, c’est la responsabilité historique de la Russie qui se renforce », a expliqué le président russe, qui voit son pays comme un « garant clé de la stabilité globale et régionale, et d’un Etat qui défend avec constance ses valeurs ». « Nous ne prétendons pas à l’appellation de superpuissance, si on entend par là une ambition d’hégémonie mondiale ou régionale, nous ne nous attaquons aux intérêts de personne, n’imposons à personne notre parrainage, et ne faisons la leçon à personne. Mais nous nous efforcerons d’être des leaders », a-t-il ajouté, se déclarant déterminé à concrétiser le projet d’union économique eurasiatique de pays de l’ex-URSS, et souhaitant vivement y inclure l’Ukraine.

Vladimir Poutine, qui a lancé un programme de réarmement « sans précédent », a en outre laissé entendre qu’il s’opposerait à toute tentative de domination américaine : « Personne ne doit avoir d’illusions sur la possibilité d’obtenir la supériorité militaire sur la Russie. Nous ne l’accepterons jamais ». Violemment attaqué ces derniers mois pour ses lois punissant la propagande homosexuelle et pour la condamnation des Pussy Riots, le dirigeant russe a déploré la « réévaluation des normes morales » en vigueur dans de nombreux pays, et dénoncé « la soi-disant tolérance, stérile, qui ne fait pas de différence entre les sexes. » « De plus en plus de gens dans le monde soutiennent notre position, qui est la défense des valeurs traditionnelles qui constituent depuis des millénaires la base morale et spirituelle de la civilisation de chaque peuple », a-t-il souligné, s’appuyant, pour étayer son propos, sur une citation du philosophe Nicolas Berdiaev : « le conservatisme a pour but d’empêcher un mouvement en arrière et vers le bas, dans le chaos des ténèbres ».

Crédit photo : unisgeneva via Flickr (cc)