Le choix du prénom, révélateur d’un « refus de l’assimilation »