Union Européenne : l'Ukraine à la une, violentes manifestations à Kiev (photos)

Union Européenne : l’Ukraine à la une, violentes manifestations à Kiev (photos)

26/11/2013 – 03h45
KIEV (NOVOpress) – Une nouvelle tentative de révolution orange éclate-t-elle à Kiev ? Depuis ce dimanche, de violents incidents se déroulent à Kiev entre partisans pro-européens et forces de police.

Quelques dizaines de milliers de personnes se sont en effet rassemblées dimanche sur la place de l’Indépendance, lieu emblématique de la révolution orange pro-occidentale de 2004 à l’appel de l’opposition, dénonçant le volte-face du gouvernement ukrainien et du Président Viktor Ianoukovytch, qui ont décidé d’abandonner l’accord d’association avec l’Union européenne qui devait être ratifié lors du 3ème sommet du partenariat oriental à Vilnius les 28 et 29 novembre prochain.

Les exigences européennes tout comme la situation économique critique de l’Ukraine semblent avoir pesé lourd dans ce qui constitue un camouflet sévère pour la diplomatie de l’UE et une victoire pour Moscou. Exigences européennes tout d’abord avec la demande d’extradition (refusée) de l’ancienne première ministre du pays, Ioulia Timochenko, vers l’Allemagne. Oligarque ayant fait fortune dans le gaz, Ioulia Timochenko a été condamnée en 2011 à sept ans d’emprisonnement pour abus de pouvoir dans le cadre de contrats gaziers signés entre l’Ukraine et la Russie en 2009 (vente de quotas d’émission de CO2).

Exigences européennes également sur le sujet épineux de la “non discrimination” à l’égard des homosexuels, particulièrement tabou en Ukraine. L’UE réclame en effet une “législation LGBT” au niveau des normes européennes, dans un pays où la violence à l’égard des homosexuels atteint des niveaux particulièrement élevés, et où « bien des députés considèrent le vote en faveur d’une telle avancée comme une atteinte à leur réputation. Ceci peut s’expliquer par le manque de tolérance et d’acceptation des LGBT au sein de la majeure partie de la population, mais aussi de l’opposition farouche sur cette question de l’Église orthodoxe, qui se montre d’ailleurs plutôt autoritaire sur le sujet » (EurActiv).

Cet échec de la diplomatie européenne profite indéniablement à la Russie, qui aurait fait miroiter à son ancienne province une coopération économique se chiffrant à plusieurs milliards de dollars, perspective alléchante alors que l’Ukraine doit, à court terme, rembourser des dettes extérieures élevées et régler la note de son approvisionnement en gaz à son principal fournisseur : la Russie.

Crédit photos : mac_ivan via Flickr (cc)