Municipales 2014 / FN : une succession de revirements étonnants

Municipales 2014 / FN : une succession de revirements étonnants

25/11/2013 – 20h40
PARIS (NOVOpress) – À l’image de la saison des amours chez les animaux, les candidats aux élections municipales s’affrontent un peu partout pour séduire les Français : de plateaux télés en unes de journaux, de rues en marchés, il n’est pas un pouce du territoire qui n’échappe à ce jeu de la démocratie locale, où duels et coups tordus ne manquent pas. La grande inconnue est, une fois encore, le vote FN. Donné à 42% d’intentions de vote, le parti de Marine Le Pen inquiète à juste titre.

C’est dans ce contexte que le Front National – pourtant habitué aux peaux de banane – est en train de vivre une expérience inédite : celle de sympathisants ralliés de fraîche date, transfuges d’autres formations politiques, allant du Front de gauche à l’UMP, changeant tout d’un coup d’avis en pleine campagne, et quittant le navire avec fracas, pour des motifs à peu près similaires. Tour d’horizon.

Ainsi, à Marseille, Anna Rosso-Roig jette l’éponge. « Avec toute la stratégie de communication qu’ils avaient mise en place, des gens comme moi ont eu l’espoir qu’ils enlèvent ce côté brutal, cette radicalité du Front national », a-t-elle confié à Libération. Passée par le Front de Gauche, Anne Rosso-Roig venait de rejoindre le Rassemblement Bleu Marine. Selon Stéphane Ravier, tête de liste FN à Marseille, Anna Rosso-Roig “n’a pas supporté d’attendre” pour connaître sa place sur les listes électorales (AFP).

En Picardie, c’est un transfuge de l’UMP, Arnaud Cléré, traumatisé après son passage au FN à Gamaches, qui demande à Jean-François Copé sa réintégration de toute urgence. Motif de ce retournement de veste ? Il déclare avoir vu de ses yeux « deux personnes qui étaient tatouées avec des croix nazies sur leur bras. Quand j’écoutais Marine Le Pen, je pensais que ce genre de personnage n’existait plus dans le Front national ».

« Très fier, Jean-François Copé a annoncé sur Europe 1 ce virage à 180 degrés de cet ancien militant UMP de Gamaches (Sommes) » (Valeurs Actuelles). Selon Marine Le Pen, « cette lettre a été écrite sous la dictée de M. Copé » (BFMTV).

En région toulousaine cette fois, c’est Nadia Portheault, ex-UMP, passée récemment au FN où elle avait adhéré il y a 2 ans. Elle a déclaré à l’AFP que « cette ambiguïté permanente, entre la vitrine et une arrière-boutique spécialisée dans les blagues vaseuses sur les Arabes et les homos, n’était plus supportable ».

S’il est utile de rappeler qu’en politique, tous les coups sont permis, ou presque, certains internautes n’hésitent pas à évoquer à demi-mot une opération de l’UMP visant à déstabiliser le FN, tel Gérard Brazon (ex-UMP ayant rallié le FN et candidat RBM-FN à Puteaux), d’autres se contentant simplement de poser la question…

Crédit photo : blandinelc via Flickr (cc)