Le « journaliste » Frédéric Haziza s’en prend au Printemps français