Objectif : sauver le soldat Taubira

Taubira, la liane qui cache la forêt d’un pouvoir socialiste en perdition ?

17/11/2013 – 20h10
PARIS (NOVOpress) –
C’est à l’initiative de la revue “La Règle du jeu” qu’une réunion de soutien à Christiane Taubira a été organisée le dimanche 17 novembre, au cinéma Saint-Germain à Paris.

Toutes les bonnes consciences antiracistes avaient fait le déplacement : Christine Angot, Yann Moix, Caroline Fourest, Dominique Sopo, Cindy Léonie et bien entendu l’inénarrable Bernard-Henri Lévy qui, après avoir contribué à instaurer la charia en Libye – mais échoué ensuite en Syrie – cherche certainement un nouveau combat à mener pour alimenter sa gloriole personnelle.

Dans un communiqué de presse intitulé “Affaire Taubira : les écrivains et les intellectuels se mobilisent !”, les responsables de “la Règle du Jeu” exposaient leurs motivations dans les termes suivants : “Face à ces injures intolérables, face à cette animalisation qui relève des procédés les plus classiques du langage totalitaire, la réponse judiciaire est certes indispensable, mais elle n’est pas suffisante (…) Hors des seuls prétoires, c’est dans la société tout entière qu’il faut ranimer la vigilance antiraciste, ce sont les opinions qu’il faut convaincre, ce sont les consciences qu’il est urgent de réveiller. Est-ce, d’ailleurs, un hasard ? Avant tous les autres, ce sont des écrivains qui, cette fois-ci, ont sonné l’alarme, et c’est avec eux, autour d’eux que la Règle du Jeu a décidé, dans le cadre de son Séminaire hebdomadaire, d’entamer une vaste mobilisation des consciences, en association avec SOS Racisme.”

Quelques jours auparavant, Yann Moix – toujours dans le cadre de “La Règle du jeu” – avait lancé une pétition pour réclamer une “Marianne métisse”, une Marianne “qui soit arabe, africaine, asiatique, blanche aussi et indienne.” L’objectif de Yann Moix et des amis antiracistes n’est-il pas finalement, à terme, de proposer le visage de Taubira pour incarner Marianne, le symbole de la France ?

Nous ne sommes pas dupes. Taubira joue habilement sur une stratégie de victimisation qui est amplifiée par le système pour tenter de faire oublier les vrais problèmes qui touchent les Français.

C’est à se demander si Taubira n’est pas devenue la liane qui cache la forêt d’un pouvoir socialiste en perdition. Un gouvernement qui cherche maladroitement à se raccrocher aux branches pour ne pas sombrer avec le capitaine de pédalo.