Noël Mamère accuse les français d’être « gangrenés par la haine raciste » !

Noël Mamère accuse les français d’être « gangrenés par la haine raciste » !

13/11/2013 – 12h00
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) –
Le député maire de Bègles (photo en Une) ne fait pas dans la demi-mesure. Dans une tribune publiée sur le site Rue89, ce dernier dénonce le racisme que subirait Christiane Taubira, ministre de la justice, avec un vocabulaire surprenant : « Comme dans les années 30, si nous faisons mine de baisser la garde, alors la bête immonde resurgira. Après le tabou de la parole, celui des actes vient toujours ».

Noël Mamère accuse les français d’être « gangrenés par la haine raciste » :

« Oui, nombreux sont nos compatriotes qui, pour une raison ou une autre, à des niveaux plus ou moins grands, sont gangrénés par la haine raciste. Qu’ils soient chômeurs, victimes de la crise économique, n’excuse rien ». Les médias seraient bien entendus aussi « responsables », accusés d’être « devenus les « Minute » politiquement corrects de la pensée rancie » (la nouvelle édition de l’hebdomadaire risque d’ailleurs de faire couler beaucoup d’encre).

Pour cet élu partisan d’une immigration sans frein, la France va radicalement se transformer, peu importe l’opposition des citoyens : « C’est un fait. Le cosmopolitisme et le métissage s’imposeront quoi qu’en pensent les oiseaux noirs du malheur ».

S’il est vrai qu’une grave crise identitaire secoue le pays, cette soudaine « montée du racisme » n’est qu’une pure création du gouvernement, avec la complicité des médias, afin de faire oublier le désastre économique et social que subissent nos compatriotes.

Benoît Hamon, ministre délégué à l’économie sociale et solidaire, le reconnait dans les colonnes du Monde. Il faut mobiliser notre électorat afin de contrer le vote Front national : « même pour les municipales, nous devons faire campagne pour dire que la montée de la parole et de la violence racistes et de l’extrême droite met en péril la démocratie et la République (…) Il faut mobiliser là-dessus une partie de notre électorat, des gens qui iront voter car ils ont le sentiment que la patrie est en danger ».

Crédit photo : DR.