À Matignon, on préfère commenter le basket que gérer la crise