Maire UMP de Saint-Maur : il expulse des roms pour héberger ses SDF

08/11/2013 – 14h00
SAINT-MAUR (NOVOpress) – Pour Libé c’est un salaud, pour beaucoup de Français, c’est un héros. Le Maire UMP de Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne (94), Henri Plagnol, a récemment pris la décision de déloger une famille de roms illégalement installée sur un terrain municipal.

Dans un pays normal respectant des règles normales, cette décision, reflétant une simple application de la loi, devrait (normalement) passer totalement inaperçue. Mais en France – on le voit bien aux accusations à peine voilées des inquisiteurs de Libé – toute expulsion fait polémique et renvoie aux-heures-les plus-sombres etc… L’expulsion doit donc être commentée, expliquée, justifiée et surtout réalisée “humainement”.

Henri Plagnol, Maire UMP de Saint-Maur-des-Fossés (94)

Henri Plagnol, Maire UMP de Saint-Maur-des-Fossés (94). Crédit photo : tetro, via Wikimedia (cc)

Aussi, devant le juge du Tribunal administratif de Melun, Henri Plagnol a-t-il usé d’un argument qui visiblement a fait mouche, le Tribunal ayant finalement donné son feu vert à l’expulsion des hors-la-loi. Il aurait pu invoquer les nuisances ou le caractère illégal de l’occupation, mais mieux, c’est l’aide à “nos sans-abris, ceux que tout le monde connaît” qui a été l’argument principal de M. Plagnol. Autrement dit, l’application concrète de la charité bien ordonnée.

Le Maire de Saint-Maur souligne ainsi un vrai problème et une question de fond : dans un pays au bord de la faillite où le chômage explose, est-il encore raisonnable de nourrir et chauffer des clandestins aux frais d’un contribuable rudement sollicité ces derniers temps ?

L’initiative n’a pas manqué de faire réagir certains responsables politiques, comme Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire qui, sur Twitter, diffusait hier une pétition de soutien à l’élu. Le texte de la pétition, à signer sur France-Pétitions, rappelle que la décision du Maire de Saint-Maur doit être “saluée” et “soutenue”, et propose que cet “exemple” soit “suivi en France”.

La décision du Maire de Saint-Maur n’est également pas sans rappeler le slogan “les nôtres avant les autres” évoqué lors de la campagne “Génération Solidaire” lancée par Génération Identitaire l’hiver dernier.