Fabrice Robert : « Novopress devient un médiagrégateur social »

Fabrice Robert : « Novopress devient un médiagrégateur social »

Nouvelles de France (NDF) le média libéral-conservateur sur internet et sur papier, publie une interview de Fabrice Robert – fondateur et directeur stratégique de Novopress – dans son mensuel papier d’octobre 2013.

Nous publions ci-dessous quelques extraits de cette interview.

Novopress existe depuis 2005. Quel était votre objectif ?

Quand j’ai découvert l’Internet, en 1998, ce fut en quelque sorte un véritable « coup de foudre technologique ». J’ai alors pris conscience que le réseau des réseaux allait probablement révolutionner l’accès à l’information tout en permettant une diversification de ses acteurs. Le grand public était conditionné par les médias traditionnels. Il y avait désormais une place pour des médias alternatifs susceptibles de faire entendre une autre voix.

Après avoir travaillé sur divers projets (notamment « Altermedia » qui se voulait le pendant « patriote » de la célèbre plateforme Indymedia), j’ai lancé Novopress.info en 2005.

[…]

Dès le début, Novopress avait vocation à s’inscrire dans une logique de combat culturel et technologique.

Dès le début, Novopress avait vocation à s’inscrire dans une logique de combat culturel et technologique. […] En créant Novopress, je voulais donc clairement doter les Identitaires d’un outil supplémentaire pour mener cette guerre culturelle. Novopress devait ainsi permettre de contourner le silence médiatique et la diabolisation tout en offrant une plateforme pour susciter des mobilisations militantes.

[…]

Quelle est, selon vous, la particularité de Novopress ? Son “plus” par rapport aux confrères ?

Nous sommes prêts à offrir une tribune à ceux qui ne partagent pas notre vision du monde mais qui restent ouverts au débat.

Novopress se propose d’analyser l’information sous un angle identitaire. Mais, dans le même temps, nous ne souhaitons pas être confiné dans le rôle forcément réducteur d’une « pravda » des Identitaires. Nous nous faisons donc le relais des initiatives intéressantes qui se développent au sein des milieux patriotes. Et nous sommes également prêts à offrir une tribune à ceux qui ne partagent pas notre vision du monde mais qui restent ouverts au débat.

Autre particularité importante de Novopress. Servir de caisse de résonance à des actions et projets destinés à sensibiliser l’opinion publique et mettre face à leurs responsabilités un certain nombre d’acteurs en les obligeant à se positionner. C’est ainsi que depuis 8 ans, Novopress a souvent servi de base au déclenchement d’actions qui s’appuient sur deux logiques convergentes : l’audience du site sur le web et la présence d’un appareil militant actif. Nous l’avons souvent dit. La rue et les réseaux informatiques sont nos permanences politiques !

[…]

Novopress doit devenir un « médiagrégateur social », une sorte d’entonnoir informationnel qui filtrerait l’actualité essentielle au service de notre lectorat.

Aujourd’hui, je pense qu’il faut absolument mettre l’accent sur les réseaux sociaux et certaines plateformes emblématiques du web 2.0 (comme YouTube, Flickr, etc.). Il ne faut plus se contenter de publier principalement des dépêches et des articles de réflexion. Novopress doit évoluer vers une plateforme mixte qui agrégerait entretiens, contenus rédactionnels et surtout informations issus des réseaux. Novopress doit devenir un « médiagrégateur social », une sorte d’entonnoir informationnel qui filtrerait l’actualité essentielle au service de notre lectorat.

[…]

Quel est votre concurrent préféré ? Celui que vous estimez le moins ?

Je ne perçois vraiment les autres sites de réinformation comme des « concurrents ». J’y vois plutôt souvent une complémentarité entre les différentes plateformes qui ne peut que servir notre combat commun contre l’idéologie unique. Plus l’écosystème réinformationnel se développera sur le Net, plus nos idées se développeront. Personnellement, j’ai une préférence pour Fdesouche, Nouvelles de France, Boulevard Voltaire et le Salon beige. Et, dans un autre registre, j’apprécie aussi énormément le travail effectué par le site Atlantico.fr

[…]

Comment jugez-vous l’état de la liberté d’expression aujourd’hui en France ?

La pensée unique résiste encore même si parfois les murs de la forteresse semblent parfois s’effriter.

La pensée unique résiste encore même si parfois les murs de la forteresse semblent parfois s’effriter. Il reste toujours difficile, en France, d’évoquer certaines questions sans être immédiatement suspectés de racisme. On le voit notamment sur les questions de l’immigration, du regroupement familial, de l’islamisation ou bien encore celle des roms. Le clergé antiraciste dégaine toujours les mêmes armes : la diabolisation, la reductio ad Hitlerum quand ce n’est pas le point Godwin. Les récents événements de Brétigny et Trappes démontrent l’existence d’une véritable chape de plomb idéologique imposée par une partie de la classe politique et médiatique.

D’où l’importance des médias de réinformation comme les nôtres pour dénoncer la novlangue et donner des coups de massue dans les murs dans de la pensée unique.

Crédit photo : Novopress (cc)