Une militante de l'Unef avoue une agression imaginaire

Une militante de l’Unef avoue une agression imaginaire

04/11/2013 – 21h35
PARIS (NOVOpress) –
Patatras pour la gauche, plusieurs semaines après avoir fait croire à des violences contre elle, une militante de l’Unef reconnait que cette agression “raciste” était parfaitement imaginaire. Elle est même poursuivie pour “dénonciation de délit imaginaire”. Un aveu qui tombe au plus mal pour certains journalistes qui tiennent tant à faire passer ces militants pour des anges, victime d’une extrême droite fantasmée et inexistante…

Certains rappellent que cette fausse agression avait été acceptée par les médias qui avaient diffusé ce bobard sans aucun travail d’enquête (il faut dire que nombre de journalistes sont issus de l’Unef…)

Mais c’est le journaliste de Canal +, qui a réalisé un reportage diffusé hier montrant les militants antifas très violents comme des anges, qui subit le plus de critiques.

Pire aux yeux de certains, des médias complaisants invitent les responsables de l’Unef pour parler de ce mensonge.

Enfin, d’autres rappellent les véritables agressions dont des membres de l’Unef étaient responsables.

Crédit photo : Superbenjamin via Wikipédia (cc).