Quand la langue d’un journaliste de #Mediapart fourche