Entretien avec Romain Lechant, conseiller fédéral de Génération identitaire

03/11/2013 – 18h00
PARIS (NOVOpress) – Un an après leur coup d’éclat sur le toit d’un chantier de mosquée à Poitiers qui leur a valu une couverture médiatique sans précédent pour un mouvement de jeunesse “dissident”, Novopress a souhaité faire le point avec Génération identitaire à l’occasion de la conférence de presse qu’ils ont tenu samedi 2 novembre à Paris.

Un an après l’opération à la mosquée de Poitiers, où en êtes-vous ?

Romain Lechant, conseiller fédéral de Génération identitaire

Romain Lechant, conseiller fédéral de Génération identitaire

Comme à notre habitude, nous avons consacré beaucoup de temps à la formation, notamment à travers l’Université d’été identitaire, qui s’est tenue cette année dans le Dauphiné et à la structuration du mouvement. Autant le secrétariat, la logistique de notre boutique que la trésorerie ont du être développés pour suivre une croissance continue. Il y avait des moments où nous avions vraiment de la peine à suivre la demande. Après quelques travaux et séances de travail, nous disposons maintenant des outils nécessaires et nous sommes prêts à relever tous les défis !

D’un point de vue militant, nous avons mené la campagne Génération Solidaire pour venir en aide à nos sdf de souche lors de l’hiver passé, campagne qui va être reconduite cet hiver. Nous avons bien sûr occupé le siège du Parti socialiste le 26 mai à l’occasion de la grande manifestation contre le mariage homosexuel. Depuis la rentrée, nos militants ont tracté devant des dizaines de lycées et de facultés en attendant le démarrage de notre nouvelle campagne “Génération anti-racailles” que nous venons de lancer, axée sur la prévention et l’autodéfense.

 

Quels sont les objectifs à moyen et long terme ?

Nous voulons développer des groupes militants dans toutes les régions de France et cet objectif est prêt d’être rempli puisque nous recevons de nombreuses demandes et comptons des adhérents dans tous les départements. A plus long terme, nous voulons former des militants qui seront capables de prendre des responsabilités dans le mouvement identitaire, mais aussi en dehors afin d’étendre notre influence, d’agrandir notre réseau et d’être le point de ralliement et le bastion de ceux qui refusent le Grand Remplacement et qui sont prêts à engager la reconquête.

Entretien avec Romain Lechant, conseiller fédéral de Génération identitaireDes membres de Génération identitaire participent-ils aux futures élections municipales ?

Bien entendu, nous voulons être présents partout y compris sur le terrain électoral. Les compétences et l’activité débordante dont font preuve les militants identitaires sont convoitées par de nombreuses listes à travers la France. Ceux d’entre eux qui disposent du temps nécessaire à une campagne électorale municipale sont encouragés à y participer, que ce soit au RBM ou ailleurs.

Avez-vous noué depuis l’opération de Poitiers, il y a un an, des partenariats avec d’autres structures à l’échelon national ou européen ?

Des groupes ont vu le jour dans toute l’Europe et particulièrement en Autriche et en Allemagne, inspirés par Génération Identitaire grâce notamment à la vidéo de la déclaration de guerre, qui a été traduite dans près d’un vingtaine de langues européennes. Nous sommes également en contact avec des militants de Flandre, des Pays-Bas, de Scandinavie, d’Angleterre, d’Italie, de Tchéquie, de Slovaquie, d’Espagne et du Portugal. Tous ensembles, nous démontrerons qu’une autre Europe que celle des technocrates de Bruxelles existe et combat.

Entretien réalisé le 2 novembre 2013 à Paris – Novopress