Affaire Leonarda : les chiens de l’émotion sont lâchés