Gérald Pichon versus Rokhaya Diallo - Interview

Gérald Pichon versus Rokhaya Diallo – Interview

18/10/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
Novopress a rencontré Gérald Pichon auteur du livre “Sale Blanc, chronique d’une haine qui n’existe pas” paru aux éditions IDées.

Novopress : Gérald Pichon, vous avez dernièrement mis Rokhaya Diallo face à ses contradictions au sujet du racisme et du communautarisme. Pouvez-vous revenir sur cette discussion ?

La polémique est née sur twitter : Rokhaya Diallo (photo) a fait la promotion dans l’un de ses tweets du défilé de mode intitulé la “Black Fashion Week” à Paris. Je l’ai interpellé en lui demandant qu’elle serait sa position si on “lançait une White Fashion Week”, elle qui ne cesse dans ses déclarations de se déclarer anti-raciste. Rokhaya Diallo n’est pas n’importe qui, journaliste sur Canal+ et RTL, elle est quand même la fondatrice de l’association “Les Indivisbles” qui souhaite “déconstruire” les clichés raciaux et l’initiatrice d’un appel pour une “République multiculturelle et post-raciale” ! D’un côté, elle discourt à longueur de journée sur le fait qu’il ne faut pas voir la couleur de la peau des gens et d’un autre, elle fait la promotion de la “mode noire”. C’est la schizophrénie habituelle des “anti-racistes” qui demandent et obtiennent la suppression du mot race de la Constitution et fonctionnent souvent de manière communautaire.

Rokhaya Diallo est intervenue lors du congrès de la Licra. Or ce congrès était consacré en partie au racisme anti-Blanc ? N’y a-t-il pas contradiction à mettre en avant cette question et inviter Rokhaya Diallo ?

La contradiction est permanente à la LICRA, SOS RACISME ou au MRAP. Comment justifier la promotion de cette notion de “diversité” qu’ils mettent en avant en permanence sans faire intervenir des concepts ethnico-raciaux ? Leurs affiches sont explicites, comme le montre celle de la ville de Strasbourg pour faire la promotion de la semaine contre les discriminations, la “diversité” pour eux c’est une France “Black-blanc-beur”alors que dans le même temps ils répètent à longueur de journée que les races n’existent pas…. On rejoint ici le discours anti-identitaire du “gender”, les “identités n’existent pas mais mélangez-vous (melting-pot) quand même car le métissage c’est mieux”. Si les races, les identités sont des constructions de l’esprit, pourquoi alors se métisser ?

Merci Gérald Pichon d’avoir accepté cette interview.

Crédit photo : Valentine V, via Flickr, (cc).