FN : Quand la gauche pète les plombs !

FN : Quand la gauche pète les plombs !

15/10/2013 – 17h00
PARIS (NOVOpress) – La victoire du candidat Front national à la cantonale partielle de Brignoles a visiblement déclenché l’hystérie au sein de la gauche. Entre les deux tours et plus encore depuis l’élection de Laurent Lopez, les réactions haineuses se multiplient.

Au rang du méprisable, la palme revient sans doute à Jean Bourdeau, assistant parlementaire du sénateur Jean Pierre Michel, dans une série de tweets (ci-dessus) où il semblait manifestement avoir perdu la raison, traitant Marion Maréchal Le Pen de « conne » et de « salope », et considérant avec force mépris les électeurs du Front national : « Ces beaufs avec leur tête de bœufs hier à Brignoles ».

Lors de l’émission « Mots Croisés » la semaine précédant le second tour, les téléspectateurs avaient eu le spectacle de Malek Boutith, député socialiste de l’Essonne et ancien président de SOS Racisme, secoué de tics nerveux, manifestement hors de lui, face au vice-président du FN Florian Philippot, et menaçant très clairement de ne pas respecter le vote des Français : « L’autre chose qu’il faut dire à propos de l’extrême droite, et il faut le dire, nous sommes des millions de Français, écoutez bien parce que je ne l’aurais dis qu’une fois, même si vous gagnez, vous aurez un problème de légitimité à notre égard, on ne se laissera pas faire. C’est clair ça été dit. »

Dans « le Plus » du NouvelObs.com, le chroniqueur Mathieu Guénolé s’est lancé dans une longue diatribe contre les électeurs du Front national comparés à « une horde de piliers de comptoir décidée à glisser un bulletin aviné au nom d’un inconnu qui pose tout sourire avec Marine sur les affiches » et habitant des « bleds paumés » dans les campagnes où « ils rétabliront la peine de mort dans leurs fermes » ! Il revendique d’ailleurs un « profond mépris » pour cette « bande de gens incapables de comprendre que l’évolution de la société » et qui « sont pauvres, n’ont pas les moyens de nourrir leur famille,ont peur, etc ». Pire encore, il prédit que les villes dirigées par un maire FN seront totalement abandonnées par l’État, prenant l’exemple d’Orange qui va perdre le premier régiment de cavalerie, implanté dans la ville depuis 50 ans : « Eh bien, chers habitants d’Orange, je suis au regret de vous annoncer qu’à Paris, personne n’est au courant de cette histoire. Tout le monde s’en fout, et vous l’avez bien cherché : démerdez-vous avec votre maire ». Et si jamais Marine Le Pen était élue Présidente de la République, il considère comme Malek Boutih qu’aucun électeur de gauche et même de droite n’est prêt à abandonner son pays à cette femme. « Imaginez les manifestations, les médias qui devront se racheter, la mobilisation citoyenne pour faire opposition aux extrêmes… Jamais la France ne s’abandonnera au Front national».

A travers la multiplication de ces propos sectaires, méprisants ou haineux, la Gauche sauce Terra Nova démontre, s’il en était encore besoin, que non seulement elle n’aime pas le peuple, après l’avoir abandonné pour lui préférer les diplômés des beaux quartiers et les minorités sexuelles et ethniques, mais que désormais elle le combat à visage découvert.