La victoire diplomatique russe dans la crise syrienne se concrétise

La victoire diplomatique russe dans la crise syrienne se concrétise

Sergeï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. Crédit photo : Сайт Правительства Российской Федерации via Wikipédia (cc).

08/10/2013 – 14h00
MOSCOU (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Bachar Al‑Assad était un prétendu monstre. La guerre punitive semblait imminente, mais tout semble s’inverser, définitivement. Hier, 7 octobre, John Kerry s’est fendu d’un compliment envers le régime syrien : « Je trouve extrêmement significatif qu’hier, dimanche, dans la semaine qui a suivi l’adoption de la résolution, on ait déjà commencé à détruire des armes chimiques. Je pense qu’il faut porter au crédit du régime d’Assad cette rapidité à respecter la résolution, comme il est censé le faire ».

Que peut‑on présager de cette déclaration ?
Cette déclaration du secrétaire d’Etat des Etats‑Unis a eu lieu en marge d’un sommet Asie‑Pacifique, en Indonésie. Il s’exprimait au côté du ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov. Ils ont plaidé ensemble pour que le Conseil de sécurité des Nations‑Unies organise une conférence de paix pour la Syrie durant la deuxième quinzaine de novembre.

La guerre est donc évitée…
C’est du moins la voie de la détente. Rappelons que Moscou avait plaidé pour une telle conférence au mois de mai dernier. Mais l’émissaire spécial de l’ONU pour la Syrie, l’Algérien Lakhdar Brahimi, fait encore preuve de réserve. Le prix pompeux qu’il a reçu en 2010, de la « Fondation Chirac pour la prévention des conflits » saura, sans doute, le rappeler à de saines précautions.

Bachar Al‑Assad se croit‑il tiré d’affaire ?
La situation syrienne est plus que jamais alarmante, mais le régime sort renforcé de la crise. Le président syrien, dans un entretien au journal allemand Der Spiegel, a benoîtement déclaré qu’« une opposition politique n’a pas à prendre les armes. Si elle accepte de déposer les armes et assure un retour à la normale, alors on peut discuter ». C’est la parole d’un homme sûr de lui.