Israël regrette déjà Ahmadinejad, Rohani pas assez méchant pour diaboliser l’Iran

Israël regrette déjà Ahmadinejad, Rohani pas assez méchant pour diaboliser l’Iran

Tribune de Jean Bonnevey

Ah que le méchant Iran était pratique du temps du diable révisionniste Ahmadinejad ! Le très conciliant Hassan Rohani (photo) trompe peut-être son monde mais il complique la tache d’Israël. C’était évident à l’ONU avec un Netanyahu soupçonneux, agressif mais isolé.

Une trop grande agressivité de la part du Premier ministre israélien risque même, dans le nouveau contexte, d’attirer l’attention sur le fait qu’Israël, contrairement à l’Iran, n’est signataire ni du Traité de Non-prolifération ni, comme maintenant la Syrie, de la convention sur les armes chimiques. Tout de même qui le rappelle ? Qui s’en inquiète ? L’Iran n’est plus dirigé par un Président élu à l’occasion d’élections contestées, une contestation très médiatisée et pas innocente cependant, de surcroît négationniste de la Shoah et appelant régulièrement à la disparition de l’État d’Israël. Certes on a assimilé disparition à destruction de manière abusive mais le président iranien était dans un raisonnement rigide, condamné par les pays occidentaux et qui favorisait les déclarations alarmistes d’Israël.

Le nouveau Président iranien a été élu dès le premier tour, à la surprise générale, tant des observateurs iraniens qu’étrangers, par plus de 70% du corps électoral. Personne cependant n’a souligné que l’Hitler de Téhéran ne s’était pas représenté jouant le jeu de la constitution et acceptant le plus démocratiquement du monde le verdict des urnes. Ces élections ont été saluées par l’ensemble de la communauté internationale dont le Président Obama qui n’a pas manqué de féliciter, de vive voix, le président Rohani lors de leur échange téléphonique.

Par ailleurs, avant et pendant son déplacement à New York, Rohani s’est employé à se distinguer radicalement de son prédécesseur. Avant de prendre l’avion, il a ainsi libéré des prisonniers politiques, retiré le dossier du nucléaire des mains du très dogmatique Conseil National de Sécurité afin de le confier à son ministre des affaires étrangères, Javad Zarif, remplacé l’ambassadeur d’Iran à l’AIEA et congédié le responsable de l’Administration nucléaire désigné par le Président sortant.

Une fois à New York, il a séduit les membres du conseil de sécurité par son discours modéré amenant même le très hostile Laurent Fabius à reconnaître que tant le ton que le discours iraniens avaient indiscutablement changé par rapport au passé. Est venu ensuite la rencontre avec François Hollande, une première depuis la rencontre de Jacques Chirac et l’ancien Président Khatami en 2006.

Sur le podium de l’assemblée générale de l’Onu, le 27 décembre dernier, Rohani s’est même abstenu de faire mention, ne serait-ce que du nom d’Israël, avant de reconnaître l’Holocauste lors d’un entretien avec CNN le lendemain. Certains en Israël commencent à trouver que la mariée est trop belle et que cela cache quelque chose. Mais pour le moment ce discours et inaudible. Le premier ministre israélien, embarrassé par le retour de la diplomatie entre Washington et Téhéran a réclamé à la tribune des Nations Unies que les sanctions contre l’Iran soient maintenues et menacé d’agir seul.

L’an dernier à la même tribune, Benyamin Netanyahu avait tracé une ligne rouge sur un croquis de bombe atomique iranienne pour montrer la nécessité d’agir vite avant que l’Iran ne devienne une puissance nucléaire. Pour le Premier ministre israélien, Hassan Rohani est “un loyal serviteur du régime”, pas plus fiable que son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad, qui se livrait à de violentes diatribes anti-israéliennes à la tribune de l’ONU. Il faut “se concentrer sur les actions de l’Iran”, a-t-il estimé, et en attendant il faut “maintenir la pression”. Un discours solitaire face à un Iran qui marque des points en tout cas face aux autres pays. Le loup est peut être déguisé en mouton, mais comme tout le monde veut voir un mouton ça marche.

Et c’est ainsi que Rohani dessine un mouton, après le départ du grand méchant loup Ahmadinejad.

Jean Bonnevey

Source : Metamag.

Crédit photo : PresidentRajapaksa, via Flickr, (cc).