« La tyrannie médiatique » : Conférence de Jean-Yves Le Gallou, le 11 Octobre à Bordeaux

« La tyrannie médiatique » : Conférence de Jean-Yves Le Gallou, le 11 Octobre à Bordeaux

01/10/2013 – 08h00
BORDEAUX (NOVOpress) – Énarque, co-fondateur du Club de l’Horloge et ancien député européen, Jean-Yves le Gallou fonde en 2002 la fondation Polémia, centre de réflexion dont le but est de « fournir des clés d’analyse des évènements en dehors de la grille d’interprétation du politiquement correct et du conformisme ambiant ».

A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage «La tyrannie médiatique », Jean-Yves Le Gallou donnera une conférence le vendredi 11 Octobre à Bordeaux (Athénée municipal à 20h30), à l’invitation de l’association, Amitiés Françaises.

« La tyrannie médiatique » : Conférence de Jean-Yves Le Gallou, le 11 Octobre à Bordeaux

La tyrannie médiatique

« Les médias ne sont ni un contre-pouvoir ni le quatrième pouvoir. Ils sont progressivement devenus le premier pouvoir : celui qui s’exerce sur les esprits. Plus inquiétant, ils ont même pris le contrôle des autres pouvoirs, intellectuels, politiques et judiciaires. Or journaux, radios, télévisions ne sont ni indépendants ni libres. Ils subissent la loi d’airain des banques et des financiers. Ils sont tenus en laisse par la publicité. Ils sont prisonniers des préjugés de la caste journalistique. Cette alliance du grand capital et de la pensée unique de salle de rédaction passe tout au crible de l’idéologie mondialiste : ouverture des frontières, dérégulation économique et financière, rejet des traditions, « antiracisme » et « mariage gay ». Pour rééduquer les citoyens, les médias les conditionnent par la désinformation et la Novlangue. Leurs instruments ? La censure, la diabolisation et le bobard, au mépris de l’identité, de la souveraineté, de la démocratie française et des libertés. J.-Y. Le Gallou analyse cette tyrannie des temps modernes ; il trace aussi les voies de son renversement : par le développement de l’esprit critique, la réinformation, l’essor des médias alternatifs sur internet, l’abolition des lois liberticides, le développement de la démocratie numérique et de la démocratie directe. Pour redonner vie à une véritable liberté d’expression, il faudra bien chasser les assassins de l’information ».

Source : Infos Bordeaux.

Crédit images : DR.