Syrie : accord cette nuit entre Américains et Russes

Syrie : accord cette nuit entre Américains et Russes

Ci-dessus : la salle du Conseil de sécurité des Nations unies.

27/09/2013 – 12h15
NEW YORK (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
En marge de l’assemblée générale de l’ONU, au Conseil de sécurité, l’accord signé cette nuit ne devrait pas mentionner le chapitre 7 de la Charte de l’ONU. Rappelons que celui-ci permet, par des mesures coercitives allant de sanctions économiques jusqu’à l’usage de la force, de contraindre un pays à se plier à une décision du Conseil. En cas de non respect des engagements, il faudrait une deuxième décision, ce qui laisse à Moscou, allié de Damas, un droit de regard et une possibilité de blocage.

De son côté, dans une interview donnée mercredi à une chaîne de télévision vénézuélienne, Bachar el-Assad a renouvelé son engagement à détruire son arsenal chimique. « La Syrie s’engage généralement à toutes les conventions qu’elle signe, a-t-il déclaré. Elle a remis dernièrement l’inventaire (de son arsenal chimique) à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et prochainement, des experts se rendront en Syrie pour vérifier l’état des lieux de ces armes ».

Mais Bachar el-Assad est sans illusion sur la volonté belliqueuse des Etats-Unis : « La possibilité que les Etats-Unis lancent une attaque contre la Syrie est toujours réelle. Soit sous le prétexte des armes chimiques, soit pour d’autres prétextes » a-t-il déclaré. Il serait naïf de croire que seules des considérations humanitaires expliquent cette volonté d’éliminer le régime de Bachar, hostile à Israël et aux pétromonarchies

 

D’autre part les experts de l’ONU ont commencé hier de nouvelles enquêtes sur des allégations d’utilisation d’armes chimiques, après celle du mois dernier qui avait conclu à l’utilisation de gaz, mais n’avait pas désigné de responsables.
Selon un haut responsable de l’ONU « Ce sera une mission rapide », et les experts seraient en Syrie « pour quelques jours ».

Rappelons par ailleurs que mardi dernier, treize groupes rebelles islamistes influents, dont certains font partie de l’Armée syrienne libre, la coalition rebelle dite modérée, ont annoncé qu’ils rompaient leurs liens avec l’opposition politique en exil et formaient une nouvelle alliance avec un groupe lié à Al-Qaïda.

Crédit photo : Matt Wootton, via Flickr, (cc).