Université d’été de La Manif pour tous : un an de combats, et après ?

Université d’été de La Manif pour tous : un an de combats, et après ?

16/09/2013 – 18h50
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
La Manif pour tous tenait son Université d’été, et l’on peut parler d’un succès…

Salles pleines, 1.100 participants, 70 intervenants, quatre séances plénières, quarante‑huit forums, deux jours de débats et d’échanges… : la 1ère université de La Manif pour tous fut bel et bien un succès. L’occasion pour ses sympathisants venus des quatre coins de France de faire le point sur une année de mobilisation historique et atypique et de lancer les actions à venir.

Ce qu’il en ressort

La Manif pour tous poursuit ses actions pour le retrait de la loi Taubira, contre l’identité de genre — et sur ses conséquences logiques, l’ouverture de la PMA aux couples de même sexe et la GPA.

La Manif pour tous lance également un Grenelle de la famille. Objectif : préparer une proposition de loi‑cadre sur la famille.

D’autres actions de grande ampleur ont été annoncées : la mise en place du plan Vigi‑gender, avec un appel à tous les parents d’élèves à se constituer en « comités de parents vigilance‑gender ».

La Manif pour tous souhaite éviter l’intervention malvenue de l’Etat dans un domaine intime et la déconstruction de repères élémentaires.

Par ailleurs, nous pouvons noter quelques victoires juridiques

Le collectif Maires pour l’enfance, qui regroupe 20.000 élus municipaux hostiles à la loi Taubira, avait déposé, en juillet, une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur l’absence d’une clause de conscience pour les élus refusant de célébrer un mariage gay. Le Conseil d’Etat a jugé cette requête recevable. Elle sera donc transmise au Conseil constitutionnel.

En outre, la Cour de cassation a reconnu que le recours de la GPA à l’étranger en vue d’une transcription dans l’état civil français constituait une démarche frauduleuse. Ainsi, la Cour a mis un coup d’arrêt à la « Circulaire Taubira » sur la reconnaissance en droit français d’une convention de Gestation pour autrui (GPA) réalisée à l’étranger.

Crédit image : DR.