Scandale de la National Security Agency : encore des remous

Scandale de la National Security Agency : encore des remous

11/09/13 – 16h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
– Bien que la situation syrienne ait habilement détourné l’attention, le scandale PRISM mis à jour par Edward Snowden n’a pas fini de faire parler de lui. Après avoir appris l’existence d’un vaste réseau de surveillance informatique international mis en place par la NSA, l’agence de renseignements étatsunienne, nous découvrons aujourd’hui l’ampleur de ce réseau et ses implications.

La chaîne de télévision brésilienne Globo a révélé certaines informations contenues dans les documents fournis par Snowden au journaliste Glenn Greenwald, résidant à Rio de Janeiro. On y apprend que la NSA a infiltré et espionné, entre autres, les réseaux privés du système bancaire international Swift, de la compagnie pétrolière Petrobras ou encore, et c’est plus inquiétant, du Quai d’Orsay. Nous découvrons donc que notre ministère des Affaires étrangères se retrouve donc mis sur écoute par les services de renseignements étatsuniens sans déclencher d’incident diplomatique. Pire encore, notre gouvernement voudrait aujourd’hui partir en guerre au côté d’un allié qui nous espionne. Décidément, que penser d’un Etat souverain qui se plie à toutes les volontés d’un autre Etat, sinon qu’il n’est plus vraiment souverain. La chaîne Globo, quant à elle, fait preuve de plus de courage en défendant les intérêts brésiliens en dénonçant l’espionnage commercial de Petrobras, grande compagnie brésilienne.

Mais qu’est-ce qui a permis cette brèche de sécurité des réseaux privés ?

Eh bien nous apprenons cette semaine également que la NSA dispose des ressources nécessaires pour venir à bout de presque tous les protocoles de cryptage et de chiffrage informatique. Cette information qui bouleverse le monde de la sécurité informatique s’accompagne de révélations sur les moyens de pression mis en place par la NSA pour obliger les fournisseurs Internet, les compagnies de sécurité informatique et les fabricants de logiciels à leur construire des accès ou leur fournir des clefs permettant de venir à bout de tous leurs protocoles de cryptage. Plus que jamais, vigilance sur Internet, sur les téléphones mobiles et autres appareils informatiques, on ne sait jamais si nos « alliés » ne sont pas en train de nous lire ou de nous écouter.

Crédit photo : Ildar Sagdejev, via Wikipédia, (cc). Texte inséré dans la photo par Novopress, (cc).