Sicile : Un prêtre kényan pille le trésor de l’église

Sicile : Un prêtre kényan pille le trésor de l’église

10/09/13 – 08h00
PALERME (NOVOpress)
– On a finalement arrêté le voleur sacrilège de l’église Saint-Nicolas de Gioiosa Marea, dans la province de Messine, en Sicile. Il avait pillé les bijoux et autres objets précieux donnés en ex-voto pour orner les statues de Notre-Dame des Grâces, Notre-Dame des Douleurs et saint Nicolas de Bari, saint patron de la paroisse : témoignages inestimables d’une piété populaire enracinée, ainsi que des peines et des joies de générations de fidèles siciliens. Le butin est évalué au minimum à 100 000 euros.

L’exploitation des images prises par les caméras de surveillance a permis d’identifier formellement l’abbé Davide Ingodi Olusi, prêtre de 41 ans, originaire du Kenya mais établi à Rome, qui avait été l’hôte de la paroisse à trois reprises, en mai 2012, en septembre-octobre 2012, et finalement du 10 au 23 avril 2013. Le curé, l’archiprêtre Salvatore Danzì, étant âgé, l’abbé Olusi, qui appartient à la congrégation des Fils de Sainte Anne, s’était offert pour le suppléer, en particulier pour bénir les maisons des fidèles. Il s’était rendu populaire parmi ceux-ci et avait gagné la confiance inconditionnelle du curé.

Sicile : Un prêtre kényan pille le trésor de l’église

L’église qui a été pillée.

Dans la nuit du 22 avril, veille de son départ, – sa convoitise peut-être alléchée par la traditionnelle procession de l’octave de Pâques, où les statues avaient été promenées revêtues de leurs ornements –, le Kényan s’est introduit dans le trésor de l’église, après avoir tenté maladroitement d’obturer les caméras. L’examen de son compte bancaire a révélé que, quelques jours après son retour à Rome, il a effectué une série de versements en liquide, puis fait un virement de 40 000 euros au bénéfice d’un membre de sa famille au Kenya.

Il a ensuite quitté l’Italie pour rentrer dans son pays. Sûr de l’impunité, ou ne pouvant se passer de la vie italienne, il a repris l’avion pour Rome le 5 septembre. Les carabiniers l’attendaient à l’aéroport : après l’avoir accompagné pour perquisition chez lui, où ils ont retrouvé plusieurs reçus de ses versements, ils l’ont conduit à la prison “Regina Coeli”. Selon la télévision régionale, « les fidèles sont sous le choc ».

Dans une longue lettre aux fidèles, qui a été rendue publique, l’archiprêtre Danzì raconte en détail les événements, la venue de l’abbé Olusi, recommandé par une religieuse originaire de la ville, l’hospitalité qui lui avait été accordée, la manière dont la paroisse avait payé tous ses frais de transport depuis Rome, en ajoutant 100 euros pour ses petits frais durant le voyage, « plus les offrandes recueillies durant la bénédiction des maisons ». L’archiprêtre dit son indignation que le prêtre kényan ait « ainsi profité de manière sacrilège du bon accueil et de la confiance de la communauté, ainsi que de l’habit qu’il portait [ou que, à en juger par sa photo en Une, il était censé porter, NdT], pour se rendre auteur d’un geste inqualifiable, outrageant et sacrilège ».

L’archiprêtre ne cache pas que le supérieur des Fils de Sainte Anne, auquel il s’était d’abord adressé, avait cherché à le persuader d’étouffer l’affaire « afin d’éviter un scandale et des conséquences plus graves pour le prêtre voleur », lequel se déclarait en outre neveu d’un ministre kényan. L’évêque diocésain (diocèse de Patti), Mgr Ignazio Zambito, l’a en revanche encouragé à porter plainte.

L’archiprêtre Danzì demande que l’on oblige le Kényan à révéler l’identité des personnes auxquelles il a vendu les objets sacrés, dans l’espoir que ceux-ci puissent être retrouvés. Il réclame en outre que le prêtre sacrilège soit réduit à l’état laïc et que, « après avoir purgé sa peine de prison, il rentre en Afrique pour s’occuper des lépreux ».

Crédit image en Une : Copie d’écran du premier article cité, DR. Crédit photo dans le texte : Gomera-b, via Wikipédia, (cc).