Colombes : un banditisme « made in » Marseille

Colombes : un banditisme « made in » Marseille

05/09/2013 – 08h00
COLOMBE
S (NOVOpress) – Soixante-dix policiers ont été déployés en renfort dans la nuit de mardi à mercredi à Colombes (Hauts-de-Seine). La ville a été le théâtre de deux fusillades entre bandes rivales en moins de 24 heures. Mardi, vers 19 heures, un groupe de délinquants a tiré sur le conducteur d’un véhicule. Il a pris la fuite et n’a pas été retrouvé par la police. Une source policière évoque « une recrudescence des règlements de compte entre bandes rivales ». La veille, déjà, un homme d’une trentaine d’années avait été blessé par balles dans le quartier multiculturel de Petit-Colombes, gangréné par les trafics de stupéfiants depuis de nombreuses années.

« Toutes proportions gardées, nous connaissons dans certains quartiers une situation comparable à [celle de] Marseille », a déclaré Philippe Sarre, le maire socialiste de Colombes. « Si la violence est moins élevée, la logique maffieuse de conquête de territoire et de maîtrise des marchés parallèles est à l’œuvre », a estimé l’édile francilien. Tombé entre les mains de la pègre maghrébine, le nouveau banditisme ne frappe pas qu’à Marseille, mais s’étend à l’ensemble du territoire national. L’un des nombreux méfaits de l’immigration de masse.

Crédit photo : publik16, via Flickr, (cc).