La réforme pénale de Taubira, modèle d'aveuglement gauchiste

La réforme pénale de Taubira, modèle d’aveuglement gauchiste

02/09/2013 – 18h10
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Cela fait plus d’un an que Christiane Taubira promet une révolution de la politique pénale, notamment en matière de lutte contre la récidive et de surpopulation carcérale. Déjà en février dernier, une conférence dite de « consensus » composée de sociologues, philosophes, magistrats syndiqués et autres expertologues plus ou moins autoproclamés avait rendu un rapport qui avait ébaudi le Garde des Sceaux. La réforme Taubira devrait reprendre l’essentiel de ce rapport.

Les grandes lignes de cette réforme

Obsédée par la surpopulation carcérale bien plus que par l’augmentation de l’insécurité, Madame Taubira reprend à son compte le célèbre dogme gauchiste défendu par les adeptes du philosophe sidéen Michel Foucault. Si les prisons sont surpeuplées, ce n’est pas parce que le nombre d’infractions augmente, c’est parce qu’on met en prison des gens qui n’y ont pas leur place.

Forte de cette aberrante intuition gauchisante, Taubira annonce à grand renfort de trompettes la fin d’un hypothétique « tout carcéral »

A la place, elle nous promet une nouvelle peine de référence, la probation, nouvelle usine à gaz s’inspirant du sursis avec mise à l’épreuve et autres modes d’exécution des peines en milieu libre… qui pour l’heure n’ont pas vraiment fait leurs preuves ! Elle propose aussi de dépénaliser des infractions et de confier plus de pouvoir aux juges en supprimant les peines planchers.

Les réactions

Les socialistes de salon se gargarisent. Manuel Valls a joué du menton pendant quelques jours pour se donner des allures sévères censées séduire la droite mais la mascarade a fait long feu. Dupont‑Aignan et Marine Le Pen dénoncent une institutionnalisation du laxisme. L’UMP s’oppose à cette réforme, oubliant sans doute que c’est sous des gouvernements UMP qu’ont été automatisées les réductions de peine.