Munich : nouvelle manifestation de Die Freiheit pour exiger un référendum sur la construction d'une mosquée

Munich : nouvelle manifestation de Die Freiheit pour exiger un référendum sur la construction d’une mosquée

29/07/2013 – 19h20
MUNICH (via le site de Lionel Baland) – Samedi 27 juillet 2013, die Freiheit a tenu une fois de plus une manifestation dans le centre de Munich pour récolter les signatures nécessaires afin de voir organiser une consultation populaire à propos de la construction d’un centre islamique au sein de la capitale bavaroise.

La température était élevée et la manifestation s’est déroulée sous un soleil de plomb. Les gauchistes allemands ont déployé une banderole antiallemande (ces gens considèrent que l’Allemagne, leur propre patrie, est dangereuse) au sein de laquelle est inscrit « Game over », puis des mots négatifs envers les Allemands : « Krauts », « boches », « Fritz »

Une fois de plus, la chrétienne d’Egypte Nawal a pris la parole afin de dénoncer l’islamisation. Les gauchistes ont crié à son encontre « nazis raus » (les nazis dehors). Nawal s’est vue insultée par des dizaines de musulmans complètement excités par la présence de cette manifestation. Ils ont crié à son encontre : « Pute »« salope », « prostituée ». Les musulmans ont également prétendu qu’elle s’est laissée achetée et tient ces propos parce qu’elle reçoit de l’argent. Lors des prises parole de Nawal dénonçant l’islamisation et les pratiques de l’islam, les gauchistes ont crié : « Es gibt kein Recht auf Nazipropaganda » (Il n’y a pas de droit à faire de la propagande nazie).

Le système politique poursuit, quant à lui, sa politique de tracasseries vis-à-vis de die Freiheit. Celui-ci est contraint de réduire suite à une décision judiciaire le son du haut-parleur de 95 à 85 décibels. De plus, lors de la manifestation, die Freiheit s’est vu interdire par la police de prendre des photos des gauchistes.

L’Imam Idriz, qui est à l’origine du projet du centre islamique, rend visite au stand de die Freiheit. Michael Stürzenberger, le principal opposant à la construction de ce bâtiment, discute avec lui. De gauche à droite : Nawal, Michael Stürzenberger‎, Lionel Baland, l’Imam Idriz.

J’ai expliqué aux musulmans et gauchistes excités par mes propos que les forces patriotiques sont en marche un peu partout en Europe et que les gauchistes ne représentent plus grand-chose par rapport à nous. Les patriotes sont en progression au sein de divers pays d’Europe et de plus en plus de personnes pensent comme eux. Je me suis fait insulté et traité de tous les noms. Un musulman a déclaré qu’il désire me couper la tête avec un couteau. Les gauchistes, face à la participation au sein du stand de die Freiheit de personnes venues de divers pays, n’ont pas hésité à tenir des propos xénophobes. Un Noir m’a montré sa carte d’identité allemande et m’a dit de rentrer en Belgique. J’ai déclaré à des musulmanes vivant en Allemagne que le fait qu’elles portent un voile montre qu’elles ne sont pas intégrées.

Un des dirigeants de la police présent sur place m’a déclaré que j’ai tenu durant une demi-heure un discours de pure provocation. Dire que les partis patriotiques sont en marche un peu partout en Europe est donc une provocation ! Le fait que le stand de die Freiheit soit encerclé par de nombreux gauchistes et musulmans criant des insultes et proférant des menaces n’est, par contre, pas une provocation.

Comme lors des autres manifestations de die Freiheit à Munich, Michael Stürzenberger a donné la parole à des passants non-musulmans issus de pays musulmans. Ces gens savent ce qu’est la terreur exercée par les musulmans au sein de leur pays d’origine et apportent leur soutien à die Freiheit dans son combat contre l’islamisation.

Lionel Baland

Crédit photos : Roland Heinrich