Géostratégie : les Etats‑Unis se préparent à la guerre du climat

Géostratégie : les Etats-Unis se préparent à la guerre du climat

13/07/2013 – 16h00
PARIS
(NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Des inondations causées par des pluies torrentielles frappent depuis plusieurs jours l’ouest de la Chine. Le bilan provisoire de ces intempéries, les pires qu’a connu l’Empire du Milieu depuis une cinquantaine d’années, était hier d’une quarantaine de morts, de plusieurs dizaines de disparus et de milliers de sans‑abris.
Taïwan vient d’évacuer plus de 2.000 touristes à l’approche du super typhon Soulik. Les autorités s’attendent à une réédition du typhon Morakot, lequel, en août 2009, avait fait plus de 600 victimes.

Selon Jean‑Michel Valantin, chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche sur la paix, et d’études stratégiques, la multiplication de ces événements climatiques extrêmes et leurs conséquences économiques ont amené les Etats‑Unis à remettre entièrement à plat les bases de leur puissance stratégique.

Parfaitement conscient des enjeux dès son arrivée à la Maison‑Blanche, le président Obama a, en mars 2012, promulgué un décret sur la National Defense Ressources preparedness dans lequel il demande un inventaire de l’ensemble des ressources nécessaires à la conduite des opérations militaires, internes et externes, ainsi qu’à la survie du pays. L’administration américaine est en effet consciente du fait qu’une compétition acharnée pour la maîtrise des dernières ressources de la planète (eau, pétrole, terres cultivables, minerais) marquera les relations internationales dans les prochaines décennies.

Les principaux groupes de réflexion américains ont tiré les conclusions des échecs afghans et irakiens.

Même les plus proches des milieux néocons ne recommandent plus de poursuivre la stratégie de « leadership » militaire des Etats‑Unis pour accaparer les ressources, mais au contraire d’utiliser l’armée américaine pour venir en aide aux populations en détresse environnementale, et de sécuriser ainsi l’accès des Américains aux ressources dans ces contrées devenues « amies » de fait.

Cette nouvelle stratégie, aux allures très humanitaires mais dont la finalité répond parfaitement aux intérêts vitaux du pays, est détaillée dans le National Security Strategy de mai 2010, document de référence qui sert de pivot à la coordination de l’ensemble des services de l’administration américaine. A l’heure où le « peak everything » (c’est‑à‑dire la raréfaction généralisée de l’ensemble des ressources de la planète) se profile et menace la stabilité du monde, la nouvelle stratégie américaine, rien moins qu’angélique, est la seule qui permette à l’hyperpuissance d’espérer conserver sa domination mondiale dans les décennies qui viennent.

Crédit photo : Michel Schmid, via Flickr (cc).