Le fondateur de SOS Racisme craint une défaite idéologique face à la droite populaire et identitaire

Le fondateur de SOS Racisme craint une défaite idéologique face à la droite populaire et identitaire

11/07/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Julien Dray (ci-dessous) a récemment accordé une entrevue au quotidien Le Monde. Vice‑président du Conseil régional d’Ile‑de‑France, il est l’un des principaux fondateurs du groupe de pression anti‑français SOS Racisme. Il s’y inquiète ouvertement d’une « dynamique de rassemblement de l’électorat de la droite et du Front national ».

Selon le hiérarque socialiste, cette dynamique est liée au succès de la mobilisation contre le mariage homosexuel
Il constate en effet que ce combat contre la dénaturation du mariage a rapproché les militants des différentes composantes de la droite. Et plus largement, l’ensemble des opposants au projet de loi ont pu se retrouver derrière des élus comme Marion Maréchal‑Le Pen. La députée Front national s’est de fait imposée comme la porte‑parole, à l’Assemblée nationale, de la jeunesse qui manifestait.

Une « volonté de défendre cette identité “white” face à cette France qui fout le camp » émerge, selon les propres termes de Julien Dray !
Et cette volonté dépasse les appareils politiques. De Jean‑François Copé à Marine Le Pen, les partis ne cherchent pas l’alliance électorale entre forces de droite mais plutôt la captation de l’électorat du parti rival. L’alliance politique des droites se produit plus sûrement dans les urnes, lorsque les électeurs ont l’occasion de s’exprimer.

C’est toute la stratégie de diabolisation du Front national, dont SOS Racisme est la cheville ouvrière, qui est mise en échec
Julien Dray craint même une défaite idéologique. La droite populaire et identitaire deviendra majoritaire si la gauche n’arrive pas à promouvoir un modèle de société correspondant « à un monde libre, métissé, mais rassurant, car adossé à un combat pour un ordre social juste ». A la droite de prouver que ce modèle de société n’est ni rassurant ni juste.

Crédit photo : Thesupermat via Wikipédia (cc).