Incendie de Hôtel Lambert à Paris : le Qatar a joué avec le feu

Incendie de Hôtel Lambert à Paris : le Qatar a joué avec le feu

11/07/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress) – L’incendie ayant ravagé l’hôtel Lambert « a porté des atteintes très graves à un élément essentiel du patrimoine de Paris, dont certaines sont irréversibles », a déclaré mercredi la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti. Parmi ces dégâts, la ministre a cité le Cabinet des Bains, peint par Eustache Le Sueur au XVIIème siècle. Le monument historique, racheté par la famille de l’émir du Qatar en 2007 pour le mettre aux goûts clinquants de son nouveau propriétaire, a pris feu dans la nuit de mardi à mercredi. Or, selon les pompiers, ces travaux ont joué un rôle dans la violence de l’incendie : « Le feu s’est propagé assez vite puisque le bâtiment est vide et en pleine rénovation et l’intervention était très compliquée avec une structure très fragilisée », a expliqué le lieutenant-colonel Pascal Le Testu.

L’hôtel Lambert, construit par Louis Le Vau entre 1639 et 1644, architecte du Grand Siècle ayant bâti Vaux-le-Vicomte et agrandi Versailles, est un des plus beaux de Paris avec sa position en proue à la pointe de l’île Saint-Louis (photo).

Son rachat, en juillet 2007, par des Qataris, avait déclenché une polémique. A cette époque, la mairie de Paris avait mis en garde contre les futurs travaux de l’émir (construction notamment d’un ascenseur à voitures), représentant « une véritable menace sur un joyau du patrimoine parisien, le seul hôtel particulier de la fin du règne de Louis XIII qui nous soit parvenu pratiquement intact ». La Pologne aussi avait fait part de sa préoccupation devant le projet de restauration de ce haut lieu de son histoire politique et culturelle (l’hôtel a appartenu de 1843 à 1975 à la famille princière polonaise des Czartoryski). Des inquiétudes qui prennent aujourd’hui une tournure dramatique. Un symbole de la civilisation française qui part en fumée ? C’est si loin pour le Qatar…

Crédit photo : Moyan Brenn, via Flickr (cc).