Guérande : le maire démissionne suite à une invasion de gitans sur sa commune

Guérande : le maire démissionne suite à une invasion de gitans sur sa commune

10/07/2013 – 10h00
GUERANDE (NOVOpress) – Christophe Priou a pris une décision radicale pour faire part de son ras-le-bol. Le député-maire UMP de Guérande (Loire-Atlantique), suivi par ses neuf adjoints, a annoncé lundi sa démission afin de protester contre l’invasion illégale de 140 caravanes de gens du voyage sur des terrains de sa commune. « Une aire d’accueil existe pour la presqu’île guérandaise à Herbignac, mais les gens du voyage refusent de s’y rendre, rapporte le journal Ouest France sur son site internet ». « Il faut que le droit soit respecté sur Guérande, justifie Christophe Priou, interrogé par le quotidien Presse Océan. Je ne suis plus en mesure aujourd’hui d’assurer la mission de sécurité publique qui incombe à un maire ».

Avec cette démission, le maire espère faire accélérer la décision du Préfet de chasser les 140 caravanes. Une fête du jeu, prévue sur les terrains de sports, a été annulée. La mairie estime avoir déjà perdu plus de 10 000 €. Devant la colère grandissante de leurs concitoyens, les édiles commencent à sortir de leur réserve suite aux exactions régulières des gens du voyage. Ainsi, dimanche, Christian Estrosi avait promis de « mater » les gitans dans sa ville, taxant de « délinquants » ceux qui s’installent « par effraction » sur des terrains non aménagés. Le député-maire de Nice (UMP) a proposé aussi de fournir à tous les maires de France son « mode d’emploi » pour combattre ce fléau migratoire.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a même déclaré pouvoir « comprendre la colère d’élus qui voient leur terrain occupé de manière illicite ». Reste à savoir si le ras-le-bol des pouvoirs publics et locaux sera suivi de mesures efficaces. Notamment en cessant de subventionner à grands frais des aires d’accueil qui sont soit saccagées ou ignorées par des romanichels n’ayant que faire de la terre où ils s’installent. Il faut rappeler que ce sont les identitaires qui ont été les premiers, dès 2008, à résister aux invasions de communes par les gens du voyage.

Crédit photo : Novopress, (cc).