Contre le « Système à tuer les peuples et à créer du chaos » - par Gérald Pichon

Contre le « Système à tuer les peuples et à créer du chaos » – par Gérald Pichon

06/07/2013 – 10h00
PARIS (NOVOpress)  Ayant décidé de « jeter un pavé dans la vitrine du système », Gérald Pichon, l’auteur de « Sale Blanc », s’insurge contre les récupérations politiciennes de la haine anti-blanche, dernier tabou que les médias ne peuvent plus taire. Une levée d’un tabou pourtant utilisée par certains pour continuer à incriminer les nôtres…

Après avoir pendant des années passé sous silence l’existence de la haine anti-blanche, les ligues de vertu anti-racistes, les médias (même TF1 en parle !)  et la classe politique commencent à évoquer ce phénomène de société de manière récurrente. A première vue, en tant qu’auteur d’un livre « Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas » (Editions Idées) dénonçant la duplicité de ce « Système à tuer les peuples » (collusion entre la classe politique et économique) sur le racisme anti-blancs, je devrais être le premier à m’en réjouir, mais ce n’est pas le cas.

Le « Système à tuer les peuples et à créer du chaos »
En effet, je vois poindre au delà de la récupération politique(1) et associative (Pourquoi le racisme anti-blancs est-il désormais au cœur du combat de la Licra ? par Gérald Pichon) un mouvement de fond plus vaste s’inscrivant dans la logique même dans ce je dois nommer dorénavant, après la relecture du philosophe suisse Eric Werner, le « Système à tuer les peuples et à créer du chaos ».

Un même constat et des solutions différentes : éviter ou créer la balkanisation de la France
Désormais, à de rares exceptions près, plus personne n’ose nier l’existence de la haine anti-blanche, la réalité a rattrapé l’opinion. Le constat est donc le même pour tout le monde, ce qu’ils appellent « le racisme anti-blancs » existe. Mais c’est sur les solutions que les choses divergent. Si j’ai écrit mon livre, c’était pour évoquer la balkanisation de l’Europe, en évitant de tomber dans le piège de la guerre raciale des « White » contre « Black  Power » et en proposant des solutions : la réidentarisation des individus (qu’ils soient européens ou non), seul antidote contre le poison de la sous-culture mondialiste, et la remigration dans la dignité des peuples extra-européens (pour vivre leur identité sur leur terre et éviter l’explosion ethnique qui nous guette). Au lieu de cela, que font la classe politique, les médias et les ligues de vertus ? Tout l’inverse, en mettant en place le Grand Remplacement  (entre 8 à 10 millions d’extra-européens présents sur le sol français) en pleine crise économique, en inoculant le poison de la Haine (de la France, et des Français de souche) et celui de Détestation (de soi, de son identité), en diffusant le mensonge du « vivre-ensemble » et en maintenant une chape de plomb sur la haine anti-blanche pendant plus de 30 ans. Le pire aurait pu être évité s’ils l’avaient voulu mais ce n’était pas leur but. Leur but est justement de créer cette situation du pire…

La mèche du racisme anti-blancs sur la bombe à fragmentation communautaire
Comme le village d’Astérix, toute la France se communautarise, mais un dernier bastion fait de la résistance, c’est celui justement de la majorité invisible, des Français de souche à qui on a appris à être individualistes, à se culpabiliser en permanence et à faire son mea culpa antiraciste quotidien. La situation a évolué au cours des dernières semaines : le raciste reste l’ennemi intérieur, mais sa couleur de peau n’est plus seulement blanche et l’on voit apparaître des nuances plus sombres. Car le « Système à tuer les peuples et à créer du chaos » est entré dans une nouvelle phase de fragmentation de la France en voulant asseoir un peu plus sa domination dans cette phase de fortes turbulences économiques propices à créer une situation révolutionnaire. Le philosophe Eric Werner a bien analysé cette situation dans son livre « L’avant-Guerre civile » : « un Etat multiculturel balkanisé est beaucoup plus facilement gérable qu’un état culturellement homogène non-balkanisé. Un peuple organiquement Un (ce qu’était autrefois l’Etat-nation) est capable de tenir tête à ses dirigeants, de leur résister et de leur faire front. » Il ne faut pas être naïf car les « dirigeants européens sont naturellement au fait de l’évolution démographique », ils savent que « la population d’origine extra-européenne a toute chance de devenir à relativement brève échéance majoritaire en Europe. » Pour maintenir leur hégémonie, « il leur suffira d’adapter leur stratégie traditionnelle aux nouvelles données de la société “multiculturelle”, en jouant telle ethnie contre telle autre. »

A mesure que la crise économique avance, le « Système à tuer les peuples et à créer du chaos » garde sous la main l’option d’allumer la mèche du racisme anti-blancs de la bombe à fragmentation communautaire pour garder son pouvoir. Alors méfions-nous des faux-semblants et surtout des faux amis même si leurs discours semblent séducteur au premier abord. Il nous appartient de déjouer ces plans en gardant le cap inflexible de la non-violence, de la dignité et de l’identité.

Gérald Pichon

1 – « Désormais, le Système à tuer les peuples ne peut plus maintenir cette chape de plomb sur la haine antiblanche. Cette réalité a malheureusement rattrapé un grand nombre de Français de souche comme le montre un sondage du quotidien Le Monde (pour 57% des personnes interrogées, le racisme antiblancs est un phénomène assez répandu). Et pour éviter que la vérité éclate sur le fait que les Blancs sont les principales victimes de la haine raciale et que les victimes sont considérées comme un mal nécessaire dans la stratégie du Grand Remplacement, il cherche à emmener ce thème sur une voie de garage en tentant de le récupérer, comme le montre le thème du prochain congrès de la Licra, ou en faisant émerger un interlocuteur “antiracistement correct”. Il est quand même incroyable que des personnes comme Tarik Yaldiz (auteur d’un recueil de témoignages sur le racisme antiblancs) ou Jean-François Copé soient les seules personnes interrogées sur ce sujet de société brûlant ! La création d’un SOS Racisme antiblancs n’est pas, à mon avis, prévu. On se dirige plutôt par une tentative de prise en main de la haine antiblanche par le courant néo-conservateur français afin de l’intégrer dans une défense plus globale de l’Occident (Etats-Unis + Israël + Europe) et de ses valeurs (consumméristes, individualistes et anti-identitaires). Soit la prise en main des petits Blancs par ceux-là mêmes qui apprennent aux bandes ethniques à les détester ! » (Entretien avec Gérald Pichon, auteur de “Sale Blanc”)