Mariage homosexuel : le maire de Mésanger (Loire-Atlantique) lance un appel en faveur du droit à l’objection de conscience

Mariage homosexuel : le maire de Mésanger (Loire-Atlantique) lance un appel en faveur du droit à l’objection de conscience

02/07/2013 – 14h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
« Je réclame le droit de ne pas être obligé d’agir en tant que maire contre ma conscience. » Opposant résolu au mariage homosexuel, Jean-Yves Clouet (ci-dessus), maire de Mésanger (Loire-Atlantique), vient de publier la lettre qu’il adresse à tous les maires de France pour demander pour les maires et  leurs adjoints le bénéfice du statut d’objecteur de conscience à l’égard de la loi Taubira.

Constatant que « l’exercice de ce pouvoir [d’officier d’état civil] a été modifié par la loi Taubira, sans considération pour le mandat que nous avons reçu de nos concitoyens. » et qu’ « aujourd’hui, le gouvernement prétend obliger les officiers d’état civil à se soumettre à de nouvelles normes sans aucun recours possible », l’élu breton déclare : « J’estime personnellement devoir rester fidèle au mandat pour lequel j’ai été élu. »

Poursuivant son raisonnement, M. Clouet écrit : « Le ministre de l’intérieur prétend m’imposer, sous peine de prison, d’appliquer une loi qui heurte ma conscience de citoyen et d’élu. Selon la conception du gouvernement, ma conscience n’est pas cette faculté éminente qui distingue l’homme de l’animal, elle n’est qu’un “sentiment” comme un autre. C’est pourquoi il prétend dissocier en moi l’obéissance et la conscience. En me présentant aux élections municipales, je n’ai jamais eu l’intention de mettre ma fonction au service d’intérêts minoritaires et gravement contraires à la conception de la famille que je voulais servir. » Avant de conclure : « Je réclame pour moi et mes adjoints le bénéfice du statut d’objecteur de conscience à l’égard de la loi Taubira. Le choix de l’objection de conscience représente à la fois la reconnaissance de la légitimité du système républicain et le respect de la liberté de conscience. Refuser à un citoyen la possibilité de faire valoir ce droit civique ultime serait contraire à l’esprit de la démocratie. C’est pourquoi, en tant que citoyen, je réclame le droit de ne pas être obligé d’agir en tant que maire contre ma conscience. »

Le premier magistrat de Mésanger invite donc tous les maires de France et leurs adjoints qui partagent son point de vue à le rejoindre dimanche 7 juillet à 15 heures, place de la Madeleine à Paris, pour demander à être reçus par le président de la République afin que le droit à l’objection de conscience des maires et des élus soit reconnu.

On se souvient que devant l’Association des maires de France, le  20 novembre 2012, le chef de l’État avait reconnu la possibilité pour les maires hostiles au mariage homosexuel d’invoquer leur « liberté de conscience » et de déléguer la célébration à des adjoints. Une reconnaissance sur laquelle il était revenu dès le lendemain, suite à une intervention du porte-parole de l’Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans).  Le maire de Mésanger aura-t-il plus d’influence sur François Hollande que le lobby LGBT ? On peut en douter.

Crédit photo : NOVOpress Breizh