Vers une austérité à marche forcée : l’alerte de la Cour des comptes sur le budget 2014

Vers une austérité à marche forcée : l’alerte de la Cour des comptes sur le budget 2014

01/07/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Alors que le gouvernement a remis à 2015 son objectif de revenir à 3% de déficit, au lieu de 2013 comme initialement prévu, la Cour des comptes, dans ce contexte financier difficile, a rendu public son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques.

Ce rapport rendu public jeudi, n’est pas vraiment réjouissant pour l’avenir des français. Depuis quelques années, lors du vote et de la préparation du budget, le gouvernement utilise les impôts comme levier d’action. Ainsi, en 2012 une hausse d’impôt de 22 milliards  a été opérée. Pour 2013, plus de 80% des recettes supplémentaires sont basés sur une augmentation des impôts. Tant et si bien qu’aujourd’hui le taux de prélèvements obligatoires s’élève à 45 % du PIB. La cour des comptes souligne alors qu’il n’y a plus aucune marge du côté des impôts.

La Cour préconise des mesures plus drastiques pour redresser les comptes, recentrées sur des baisses importantes de dépenses ayant un effet à court terme

Les principales mesures proposées sont dignes des grandes politiques d’austérité : baisse des salaires, réduction des minimas sociaux… Ainsi, la première piste consiste à maintenir le gel du point d’indice des fonctionnaires sur 2014 et 2015. L’enjeu budgétaire est jugé “considérable” par la Cour qui précise que « Chaque revalorisation de 1 % accroît de 1,8 milliard les dépenses publiques ».

Pour les prestations sociales et les pensions de retraites, en dehors des minimas sociaux, il s’agirait de les faire évoluer moins vite que les prix. Cette sous-indexation réduirait les dépenses d’environ 1,5 milliard dès 2014. Appliqué aux aides au logement, le même mécanisme permettrait d’éviter une dépense supplémentaire de 170 millions d’euros. Ces mesures envisagées auront donc un impact direct sur les retraités et les classes moyennes bénéficiant de ces prestations.

A noter que les premières mesures en Grèce avant les grandes politiques d’austérité étaient bien similaires.

Remarquons également que le solde financier négatif de l’immigration a été estimé par Jean-Paul Gourévitch, expert international en ressources humaines, à quelque 26 milliards d’euros par an. Quant au solde de la contribution de la France au budget de l’Union européenne, il est négatif de plus de 7 milliards d’euros par an. Deux postes de dépenses sacro-saints auxquels le gouvernement ne touchera évidemment pas…

Crédit photo : TouN, via Wikipédia (cc).