Municipales : la favorite de Jean-Marc Ayrault candidate à Nantes

Municipales : la favorite de Jean-Marc Ayrault candidate à Nantes

29/06/2013 – 18H00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Sans surprise, c’est Johanna Rolland, 34 ans, qui sera la candidate du parti socialiste à la mairie de Nantes lors des prochaines élections municipales. Seule pressentie pour succéder à Patrick Rimbert qui ne se représente pas, cette protégée de Jean-Marc Ayrault est parfaitement dans la ligne idéologique de son mentor.

« Ce soir, avec 97,5% des voix, les militant-es socialistes nantais-es m’ont officiellement désignée tête de liste pour porter les couleurs du Parti Socialiste et de la gauche rassemblée à l’occasion des élections municipales de mars 2014. Je les remercie sincèrement d’être venu-es voter ! ». Jeudi soir, Johanna Rolland ne cachait pas sa joie, sur facebook, d’avoir été choisie pour briguer la succession de Jean-Marc Ayrault – Patrick Rimbert n’ayant été pour l’occasion qu’un intérimaire.

Un bémol, toutefois, à ce triomphe annoncé. Si Madame Rolland a bien été plébiscitée – elle était la seule en lice – les militants socialistes ne se sont pas vraiment bousculés pour ce faire. Sur les 1.054 adhérents que compte le PS à Nantes, seuls 384 se sont déplacés pour aller voter pour la favorite, ce qui ne fait que 37,13% des voix. Bien sûr au PS on conteste ce mode de calcul, en affirmant ne retenir que les membres à jour de leur cotisation, qui ne sont que 650. Le pourcentage passe alors à 59,07%, ce qui est un peu mieux. Reste que plus de 38% des adhérents nantais du PS ne payent pas leurs cotisations, ce qui ne témoigne pas d’un grand enthousiasme pour la cause de leur parti.

Mais qui est donc celle que l’on présente depuis plus d’un an comme la « dauphine » de Jean-Marc Ayrault ? Après des études à Sciences-Po à Lille et un passage de sept ans dans l’administration communale de la ville du Creusot, Johanna Rolland sera embauchée comme attachée parlementaire de Jean-Marc Ayrault en 2004. Carte du PS en poche, elle sera nommée très vite au cabinet du « boss », deviendra sa directrice de campagne pour les législatives de 2007 et sera finalement élue aux municipales de 2008 sur la liste présentée par son patron.

Nommée dixième adjointe, chargée de l’éducation et de la jeunesse, elle sera élue conseillère générale en 2011. L’année dernière, avec l’arrivée aux commandes de la ville de Patrick Rimbert, elle est promue première adjointe au maire de Nantes, en charge de l’Education et de la Jeunesse, des Grands projets urbains et de la politique de la ville. Matignon veille sur elle. Voilà pour la carrière de celle qui vise à prendre les commandes de la cité des Ducs.

Pur produit du système, Johanna Rolland ne semble pas briller par l’originalité de sa pensée. Cette mère de deux enfants – qui ont donc la chance d’avoir un père ET une mère – est favorable au mariage homosexuel. « L’égalité c’est maintenant ! Je tiens à partager avec vous ma joie et ma fierté que soit célébré aujourd’hui à Nantes le premier mariage entre deux personnes du même sexe par Marie-Françoise Clergeau. C’est une très grande avancée des droits et libertés et une victoire de l’égalité, valeur essentielle de notre pacte républication (sic) qui m’est particulièrement chère », écrivait-elle le 8 juin dernier sur son compte Facebook.

Mais cette soumission à l’idéologie du système n’exclut pas – du moins pour l’instant – une certaine lucidité, frisant parfois la naïveté. « Demain, il faudra assumer une certaine sobriété. Mais je voudrais aussi plus d’équité, je voudrais qu’on paye en fonction de son revenu plutôt que de son statut. Un travailleur pauvre, ça existe. » déclarait-elle au sortir d’une réunion chez des habitants du quartier « sensible » des Dervalières (Ouest-France 21/05/13). Tous les espoirs sont permis.

Crédit photo : jmayrault/Flickr (cc).