“Les autres enfants traitaient ma fille de sale fille de Blanche”, un témoignage exclusif et effrayant

Bien que la justice ait refusé de le reconnaître, Madame Leterme a été victime en 2010 d’une persécution raciste. Son avocat, Me Stéphane Maitre, s’est indigné sur le site Atlantico de l’indifférence des médias face à cette injustice, qui aurait à coup sûr reçu un tout autre traitement si la victime de cette persécution raciste n’avait pas été… blanche ! Madame Leterme a accepté de raconter son histoire à « Minute ».

Minute : Mme Leterme, à la fin du mois de mai 2013, le tribunal de Melun s’est prononcé sur une plainte que vous aviez déposée à la suite d’événements survenus le 30 juin 2010 à Savigny-le-Temple. Pouvez-vous rappeler ce qu’il s’était passé à l’époque ? Votre fille et vous étiez confrontés à une situation conflictuelle avec les jeunes du quartier où vous viviez…
Madame Leterme : Oui, ça du­rait de­­puis le mois de mars. Venant d’Angers, je m’étais installée à Sa­vigny-le-Temple pour des raisons professionnelles et j’y avais acheté en 2009 un appartement dans ce quartier, que l’on m’avait décrit comme calme et tranquille. Il était très majoritairement peuplé de Ma­ghrébins, mais je n’avais aucune ré­ticence à y habiter car je n’avais au­cun a priori défavorable à leur égard. Mes deux enfants et moi (car j’étais séparée de mon ex-mari) nous y sommes installés le 9 mai 2009 ; or un an après, le 30 juin 2010, nous avons été con­traints de déménager.

Que s’était-il passé entre-temps ?
Tout est allé à peu près bien, tant que les autres enfants, Maghrébins, ont cru que ma fille de 10 ans était une bâtarde. Comme elle est brune et qu’elle a le teint mat, ils pensaient qu’elle était de mère blanche et de père musulman. On l’appelait « la bâtarde », mais elle était tolérée et les autres jouaient avec elle. Jusqu’au jour où ils ont appris qu’il n’en était rien et que son père aussi était blanc.
Du jour au lendemain, elle a été rejetée, insultée, et le conflit a vite pris des proportions énormes, à tel point que j’ai fini par ne plus la laisser sortir dans le jardin clos, commun aux résidents du rez-de-chaussée. Les autres enfants la traitaient de sale fille de Blanche, de sale Française, lui disaient que sa mère était une sale pute, qu’elle n’avait rien à faire là, qu’elle n’était même pas une bâtarde…

Lynché à coups de bâtons devant sa femme et sa fille

Vous n’avez pas demandé à leurs parents et à leurs aînés de calmer le jeu ?
Mon ex-mari est allé frapper à leur porte, en pensant que tout ça se réglerait en quelques minutes, mais ils lui ont claqué la porte au nez en lui disant que si nous n’étions pas con­tents, nous n’avions qu’à rentrer chez nous !

Chez vous ? Vous étiez pourtant bien en France…
C’est un territoire qui n’appartient plus à la France. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que nous n’y étions pas chez nous. Ensuite l’hiver est ar­rivé et mes enfants ne sortant plus, les choses se sont momentanément tas­sées. Jusqu’au retour du printemps.
Au mois de mars, comme mes enfants recommençaient à sortir, nous avons reçu des menaces et des lettres nous incitant à partir, sous pei­ne d’être égorgés. Les agresseurs se sont aperçus que je vivais seule, ce qui les a rendus encore plus hostiles, et le fait que je ne les craignais pas n’a pas non plus joué en ma faveur.

Je me suis rendue au commissariat pour déposer deux mains courantes, qui n’ont jamais rien donné. La situation est restée aussi tendue, les enfants d’une dizaine d’années venant jusqu’à mon portillon pour nous insulter, nous traiter de sales putes et de sales Blanches, jusqu’à ce soir du 30 juin, où, après une nouvelle altercation, des adultes sont intervenus pour effrayer ma fille, en lui disant qu’elle n’avait pas à se mélanger avec leurs enfants, qu’ici ils étaient chez eux et qu’ils allaient nous faire la peau.
Nous sommes des provinciaux et mes enfants n’ont pas l’habitude d’entendre de tels discours de hai­ne. Terrorisée, elle s’est réfugiée chez nous. Mon ex-mari et un autre ami, venus fêter mon anniversaire, sont sor­tis pour discuter et se sont alors fait lyncher par sept individus, à coups de bâtons, de planches de bois et de casque. Mon ex-mari a eu un traumatisme crânien, le cuir chevelu ouvert et de multiples contusions, et notre ami une fracture ouverte à deux doigts. Ma fille et moi assistions à la scène.

Jusqu’alors, je prenais leurs me­naces pour des paroles en l’air, je croyais leur hostilité due à la jalousie, parce que nous avions une vie agréable. C’est seulement ce jour-là que j’ai réalisé que ce n’était pas le cas et qu’il s’agissait vraiment d’une haine raciste. J’ai alors décidé de partir et je suis aujourd’hui persuadée d’avoir fait le bon choix, même si j’ai tout perdu et que de­puis, je galère.

« On va te trancher la gorge, sale Blanche »

L’intervention de la police vous a libérés…
Oui, les policiers m’ont protégée. Mes enfants étaient enfermés dans mon appartement et j’étais sortie pour accompagner les pompiers, qui prenaient en charge mon ex-mari et notre ami pour les em­mener au CHU de Melun.
C’était la cohue, la jubilation to­tale, tout le monde trouvait normal que nous partions. Nos agresseurs m’insultaient et me menaçaient de mort devant les policiers, sans au­cune gêne ni crainte : ils m’ont dit qu’ils nous trancheraient la gorge, à ma fille et à moi : « Ne t’inquiète pas, on va te retrouver, tu ne seras pas toujours protégée, on va te trancher la gorge, sale Blanche, tu n’avais rien à faire ici… »

Une dizaine de policiers m’entouraient. Ils m’ont laissé quinze min­­utes pour prendre le maximum d’affaires, on a tout balancé dans ma voiture, et je suis partie avec mes deux enfants. Le lendemain, nous sommes revenus pour déménager, escortés par les policiers.

Vous avez pu revendre votre appartement ?
Oui, je l’ai mis en vente le lendemain du déménagement. Je n’y ai jamais remis les pieds, l’agent immobilier s’est occupé de tout. J’ai démissionné de mon poste d’assistante d’éducation dans l’Education nationale – je ne pouvais pas faire de demande de mutation – et je me suis rapprochée de l’endroit où ha­bite mon ex-mari – ma fille avait be­soin de se rapprocher de lui après ce qui s’était passé. Depuis, j’enchaîne les CDD.

Comment se sont passés l’enquête et le procès ?
Notre dossier s’est trimbalé de commissaire en commissaire. Ces po­liciers, quoique compréhensifs, ne disposaient pas de tous les éléments et ne comprenaient pas tout.
Ils n’ont pas les moyens d’agir comme il le faudrait et ne servent pas à grand-chose.
Après l’agression, j’avais de­mandé que ma fille soit entendue et l’on m’avait répondu qu’elle était trop jeune. J’avais renoncé, mais on m’a rappelé un an plus tard en me disant qu’elle devait être interrogée.
Cette affaire l’avait traumatisée, elle avait dû être suivie par un psy pendant un an : il ne fallait pas la replonger dans cette histoire et j’ai refusé, ce qui m’a été reproché au tribunal.
Ce n’est pas un an après des faits traumatisants que l’on interroge une enfant de onze ans : si les ma­gistrats ne sont pas capables de le comprendre, tant pis.

La justice laisse les lyncheurs en liberté !

Quel est le résultat du procès ?
Sur les sept hommes qui avaient lynché mon ex-mari et notre ami, trois seulement ont été interpellés et traduits en justice. Un seul s’est présenté à l’audience, où il est arrivé tranquille avec sa mère ou sa tan­te, en rigolant et les mains dans les poches : le plus chétif, et ça a joué en notre défaveur. En voyant mon ex-mari et notre ami, qui me­surent tous deux 1,90 m, ceux qui n’avaient pas vécu la scène ne pouvaient pas imaginer que sept petits merdeux comme ça leur soient tom­bés dessus pour les lyncher.
Mais les autres étaient beaucoup moins chétifs…
En dépit de casiers judiciaires chargés, ils ont été condamnés à des peines avec sursis, ou de moins de deux ans de prison fermes : ils ne seront donc pas emprisonnés.
La justice ne leur donne pas raison, mais pas tort non plus… Finalement, ils font ce qu’ils veulent.

Comment expliquez-vous que le tribunal n’ait pas retenu l’accusation de racisme, puisqu’un procès-verbal de police atteste de ces propos ?
Je l’ignore. Les juges se sont retirés, puis ont rendu leur verdict. Le procureur, qui était une femme, est parti du principe que dans une ba­garre, les deux parties ont forcément une responsabilité. Mais il n’y a pas eu bagarre, il y a eu lyncha­ge.

Mon ex-mari est très pacifique et ne s’est jamais battu de sa vie, pourtant on lui a reproché d’avoir porté un coup, ce qui n’a pas été dé­montré.
Le procureur d’ailleurs dit lui-même que le certificat médical produit par l’agresseur est suspect et que lors de la confrontation organisée deux jours après les faits, les policiers n’ont constaté aucune trace de coup sur lui.
Et pourtant, cette femme a de­mandé la con­damnation de mon ex-mari à une amende, en expliquant qu’elle ne voulait pas envenimer les choses après trois ans et qu’elle était là pour calmer les esprits. Ce n’est pas comme ça qu’elle les calmera !
Où je vis aujourd’hui, je côtoie des musulmans complètement fran­­cisés, qui ont honte de ce qui s’est passé pour moi et ma famille ; mais à mon avis, ils restent une mi­norité.

Propos recueillis par Pierre-Jean Rivière

Article de l’hebdomadaire “Minute” du 26 juin 2013 reproduit avec son aimable autorisation. Minute disponible en kiosque ou sur Internet.

Crédit photo : DR.

"Les autres enfants traitaient ma fille de sale fille de Blanche", un témoignage exclusif et effrayant