Chômage : la « stabilisation » enregistrée en mai est très relative

Chômage : la « stabilisation » enregistrée en mai est très relative

28/06/2013 – 16H00
PARIS (NOVOpress Breizh) –
Avec seulement 100 demandeurs d’emploi de catégorie A de plus en métropole – 1.500 si l’on compte l’Outre-mer – au mois de mai dernier, le chômage semble marquer le pas. Semble, car en réalité Pôle emploi a multiplié, comme jamais auparavant, les radiations de chômeurs inscrits. Une façon pour le gouvernement d’améliorer les chiffres qui ne trompe personne.

Si le nombre de chômeurs enregistrés en mai a officiellement marqué une pause, on compte quand même en France 3.264.500 demandeurs d’emploi de catégorie A – un chiffre record – avec une hausse de +11,5% sur un an. En ajoutant ceux des catégories B et C (ayant une activité réduite) on atteint le chiffre de 4.795.000 d’inscrits, et même plus de 5 millions avec l’Outre-mer. Pour ces trois catégories réunies le nombre de chômeurs « diminue pour la première fois depuis octobre 2010 », n’ont pas manqué de souligner les services de Michel Sapin.

Fin mai, le nombre d’inscrits en catégorie D (personnes en formation) et en catégorie E (bénéficiaires d’un emploi aidé) est en hausse et dépasse le chiffre de 622 000 personnes. Depuis que François Hollande s’est installé à l’Elysée, Pôle emploi a enregistré 336 900 demandeurs d’emploi supplémentaires en catégorie A. Enfin le nombre de seniors au chômage augmente, comme celui des inscrits depuis plus de 3 ans. Quant à la durée moyenne d’inscription, elle progresse encore de 4 jours en mai et atteint désormais 490 jours.

La tendance observée en France se retrouve en Bretagne, sauf en Loire Atlantique. Dans la région administrative Bretagne le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a diminué de 0,4 %, avec 141.760 personnes inscrites. (-0,9% pour le Finistère ; -0,3% pour le Morbihan ; -0,1% pour les Côtes-d’Armor et pour l’Ille-et-Vilaine). En Loire-Atlantique, au contraire, le chômage a progressé de 0,6 % le mois dernier. On y comptait fin mai 98.816 chômeurs de catégorie A, B et C – dont 59 676 sans aucune activité (A) – soit près de 8.000 de plus en un an.

Tous ces chiffres doivent cependant être relativisés. Sur le blog Alternatives économiques, Michel Abhervé, professeur associé à l’université de Paris Est Marne la Vallée, fait remarquer que 36.400 « cessations d’inscription pour défaut d’actualisation » ont été opérées en mai par les services de Pôle emploi (+ 20 %). Ce qui « améliore » notablement les statistiques. Mais, comme le reconnait lui-même le ministère du Travail, « la ‘stabilisation’ en mai, après une progression particulièrement forte en mars et avril (plus de 36.000 chômeurs chaque mois), s’inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir ».

Parlant d’«accalmie», Jean-Marc Ayrault (photo), en visite à Fort-de-France, a insisté sur la « mobilisation contre le chômage », déplorant qu’il y ait « encore beaucoup trop de gens au chômage, beaucoup de jeunes, beaucoup de chômeurs de longue durée ». Peu probable, toutefois, que la politique menée par son gouvernement améliore la situation.

Crédit photo : PS via Flickr (cc).