La paupérisation des Blancs est également une réalité française

La paupérisation des Blancs est également une réalité française

27/06/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Un rapport britannique révèle le déclin scolaire des enfants blancs, en particulier ruraux, outre-Manche. En France aussi, la population ouvrière et rurale blanche est plus pauvre que la population immigrée. C’est ce qu’explique Guylain Chevrier dans un entretien avec le journal Atlantico.

Comment se manifeste la paupérisation des Blancs ?
En France, il s’agit surtout de la classe ouvrière, ou peu qualifiée, et des populations rurales. Ces Français de souche sont installés dans des zones avec un fort chômage, ou dans des enclaves en banlieue. Leurs enfants réussissent moins bien à l’école que ceux des immigrés, situés dans des zones plus urbaines. Cette population blanche pauvre souffre surtout de la mondialisation et du libéralisme à outrance, avec une main‑d’œuvre immigrée à bon marché qui réduit ses perspectives d’emploi. Et les Blancs ne comptent pas sur les trafics en tous genres pour fournir leurs revenus.

La classe politique française ne parle pourtant pas de cette paupérisation blanche, préférant se concentrer sur la population immigrée…
C’est ce qu’avance Guylain Chevrier. La classe politique préfère opposer Français de souche et population immigrée, et déverser des flots d’argent public sur les banlieues. Les autochtones pauvres reçoivent de fait moins d’aides sociales et moins d’aide au développement local. Pire, politiques et médias les rendent invisibles. Les ouvriers sont moins représentés à la télé que leur poids réel dans la démographie. Le Parti communiste les a abandonnés pour la défense de l’immigré. L’Education nationale met l’accent sur l’exploitation coloniale et les religions étrangères, marginalisant les Français d’en bas.

Le gouvernement a-t-il annoncé des mesures pour remédier à cette situation ?
C’est tout le contraire. Le Parti socialiste continue à défendre le droit de vote des étrangers aux élections locales. Harlem Désir souhaite qu’un projet de loi constitutionnelle en ce sens soit déposé après les municipales de 2014. Or, dans les municipalités à forte proportion étrangère, une telle mesure renforcerait la marginalisation des Blancs des classes populaires. Les élus et leurs relais associatifs subventionnés se tourneraient encore davantage vers la clientèle électorale immigrée.

Crédit photo : Eric Pouhier via Wikipédia (cc)