Bagarre de Saint‑Lazare : nouvelle preuve de la manipulation médiatico-politique

Bagarre de Saint-Lazare : nouvelle preuve de la manipulation médiatico-politique

26/06/2013 – 19h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Une vidéo de la RATP a été publiée hier auprès des organes des médias, témoignant de la réalité des faits quant à la bagarre du 5 juin, à l’issue de laquelle, Clément Méric, militant antifasciste, avait trouvé la mort.

Comment avait débuté la manipulation ?

Lorsque Méric est mort, les médias ont crié au meurtre fasciste. Le milliardaire de gauche Pierre Bergé a même accusé la Manif pour tous d’avoir incité au meurtre tandis que la presse attaquait le Front national et les militants opposés à la loi Taubira. Les manifestations violentes de l’extrême gauche ont été relayées et présentées comme une démonstration contre le fascisme, tous criaient « No pasaran ». Quant à Esteban, le jeune militant nationaliste, la haine s’est déversée sur lui, un monstre sanguinaire était né.

Que révèle donc cette vidéo ?

Contrairement à ce que les médias avaient présenté, la vidéo de la caméra de surveillance révèle que les militants radicaux de droite ont été provoqués et agressés par les nervis d’extrême gauche. Au milieu de la bagarre, Clément Méric le « pacifiste au visage poupin » a attaqué Esteban dans le dos, celui‑ci s’est alors retourné, le frappant à la tête. Méric tombe inconscient. Il n’y a donc eu aucun lynchage de la part des militants nationalistes.

Par ailleurs les témoins, dont un vigile du magasin, attestent que c’est le groupe d’antifas qui a commencé l’altercation dans le magasin Fred Perry : “Clément Méric voulait vraiment en découdre”. “Il semblait vraiment haïr ces gens”. Katia, la compagne d’Esteban (Esteban n’était pas là au départ), faisait partie du groupe des 3 militants nationalistes pris à partie et l’a appelé au secours par portable. Toujours d’après les témoins, pour éviter la bagarre les 3 militants nationalistes, sont sortis par une sortie différente de celle empruntée par les extrême-gauche, mais pour rejoindre le métro les ont malheureusement rencontrés. Il faut saluer l’honnêteté et le courage de ces témoins qui maintiennent leurs déclarations malgré les marques d’agressivité violente bien connues qu’ils risquent ultérieurement de la part des antifas.

Il faut signaler que les photos d’Esteban et de sa compagne Katia avaient été publiées sur un site d’extrême gauche, dont Méric était proche, les jours précédents la bagarre pour demander de les identifier ! Méric et ses amis avaient-ils reconnu Katia ce qui pourrait être un facteur aggravant ?

Pourquoi la vidéo a‑t‑elle alors été publiée si tardivement ?

Officiellement, cela a apaisé les tensions. Mais en réalité cela a surtout permis aux médias de s’acharner sur une extrême droite bien mal définie et délimitée et à Jean-Marc Ayrault d’engager une procédure en vue de la dissolution du groupe des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR). C’est aussi un moyen de couper l’herbe sous le pied à l’avocat d’Esteban qui aurait ainsi prouvé l’absence de volonté de tuer, voire, la légitime défense. Ce qui est sûr, c’est que cette vidéo était dans les mains de la police depuis le début et que la vérité était bien connue. Mais rien n’est de trop pour manipuler les Français et asseoir la tyrannie des médias sur l’opinion.