Dans le Lot‑et‑Garonne, le Front national confirme sa montée en puissance

Dans le Lot-et-Garonne, le Front national confirme sa montée en puissance

24/06/2013 – 12h00
VILLENEUVE-SUR-LOT (NOVOPress/Bulletin de réinformation) –
Hier avait lieu le second tour de l’élection législative partielle, dans l’ancien fief de Cahuzac

Ce second tour opposait le candidat du Front national, Etienne Bousquet‑Cassagne (photo), un presque inconnu de 23 ans, à Jean‑Louis Costes, membre de l’UMP. Selon leur habitude, les gauchistes et les centristes avaient entonné l’air désormais célèbre du « Front républicain », cache‑sexe publicitaire de la communauté d’idées de l’UMPS. Florian Philippot a raillé cette rengaine, en affirmant que le vrai Front républicain était le Front national, et que l’UMPS représentait le Front des copains.

Finalement, Jean‑Louis Costes a remporté le siège de député avec 53 % des voix.

La défaite du candidat bleu marine a des allures de victoire. En effet il avait contre lui la TOTALITE du système : Front de gauche, Parti socialiste, Verts, Centristes et autres fers‑de‑lance plus ou moins rouillés de l’idéologie dominante soutenaient le candidat de l’UMP. La presse avait relayé cette farce du Front républicain, notamment avec une tribune édifiante du journal Le Monde.

Jadis, le Front national éprouvait des difficultés à progresser du premier au second tour face à une telle union des mondialistes. Pourtant, seul contre tous, le jeune Bousquet‑Cassagne a, entre les deux tours, augmenté son score de 20 points ! Un exploit d’autant plus remarquable que la circonscription est une terre historiquement radicale‑socialiste.

Il semble donc que la stratégie du cordon sanitaire et des gargarismes républicains payent de moins en moins.

Quelles ont été les réactions aux résultats de cette élection ?

Marine Le Pen y voit une raison d’être optimiste pour les prochaines échéances électorales du Front national.

La gauche et la droite ont fêté la victoire de leur champion commun.

Enfin, pour l’anecdote, l’ancienne candidate du Front de gauche, battue à plate couture la semaine dernière, a cru bon de chanter la très démagogique « Lily » de Pierre Perret, pour dénoncer le score du Front national. Peut‑être parce qu’en ces temps d’indistinction sexuelle, elle ne savait rien sur le Zizi…

Crédit photo : DR.