Scandaleuse justice politique : l’affaire Nicolas

Scandaleuse justice politique : l’affaire Nicolas

21/06/2013 – 08h00
PARIS (NOVOPress/Bulletin de réinformation) –
Avant-hier, Nicolas, jeune opposant à la loi Taubira, a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à quatre mois de prison, dont deux fermes avec incarcération immédiate et 1.000 € d’amende.
Originaire d’Angers, Nicolas, vingt‑trois ans, suit des études à la Catho de Paris, en plus d’une d’école d’ingénieurs. Ses amis décrivent un jeune homme ouvert, joyeux et très serviable.
Il est l’un des fondateurs des Veilleurs.

Dans quelles circonstances a‑t‑il été arrêté ?

 Le jeune homme manifestait dimanche 16 juin avec 1.500 autres opposants à Neuilly devant M6, où François Hollande participait à l’émission “Capital”. C’est lors du « cache-cache pour tous » qui a suivi qu’il a été interpellé sur les Champs‑Elysées. Poursuivi par des policiers en civil et pris de panique, Nicolas s’était réfugié dans un restaurant. Les policiers l’y ont suivi et passé à tabac, puis menotté, avant de l’emmener dans une voiture banalisée au poste.

Très présent dans les manifestations, Nicolas sortait de trois jours en garde à vue dont il était sorti libre, reconnu innocent. Hier, il a été jugé et condamné pour « rébellion » et « refus de prélèvement ADN », après avoir passé à nouveau trois jours au cachot, sous‑alimenté et maltraité. Immédiatement après le jugement, il a été transféré à la prison de Fleury‑Mérogis.

Il s’agit donc bien d’une condamnation politique et illégitime…

Lorsque Nicolas a été interpellé, il n’avait commis aucune infraction. Aucune sommation n’a été effectuée et l’interpellation était sans fondement juridique. C’est pour couvrir son forfait et l’illégalité de son action que la police politique de Manuel Valls l’a accusé de rébellion.

Avec cette condamnation, plus personne ne peut ignorer le scandale des violences policières.

Hier soir, 150 personnes ayant subi des arrestations abusives étaient reçues à l’Assemblée nationale. En un mois, on estime à plus de 1.000 ces interpellations injustifiées et à 500 les gardes à vue. Désormais, même les médias les plus mous commencent à parler du comportement inquiétant de la police.

Quelles sont les réactions à la condamnation de Nicolas ?

Le scandale est tel qu’il rassemble tous les opposants dans une condamnation et une colère unanime. Les avocats ont fait appel de la condamnation et demandent une remise en liberté immédiate. Sur Internet, une cagnotte de soutien pour les frais auxquels Nicolas devra faire face (et non pas bien sûr pour payer l’amende) avait déjà récolté près de 14.000 euros de 680 personnes jeudi soir à 23h.

Le député Jean‑Frédéric Poisson a fait remarquer que « quand vous êtes interpellé sans raison, il n’est pas anormal que vous vous rebelliez ! ».

Béatrice Bourges, avant-hier soir sur Radio Courtoisie a évoqué un « tournant de l’Histoire ».

Désormais, la résistance est ancrée au cœur des Français.

Crédit photo : DR.