Un nom qui vaut de l’or

Un nom qui vaut de l’or

19/06/2013 – 17H30
PARIS (NOVOpress Breizh) –
Grâce à une manœuvre astucieuse, Bernard Arnault, PDG de LVMH, est parvenu à s’emparer de 22% du capital de la société Hermès sans que les actionnaires familiaux (Famille Dumas, Puech, Guerrand) voient le coup venir.

Afin d’empêcher l’intrus de poursuivre son offensive et de s’emparer du contrôle de l’entreprise, une partie de ces derniers s’est regroupée, en décembre 2011, au sein de la holding H51 qui détient la majorité du capital. Celle-ci est présidée par Julie Guerrand, « membre de la sixième génération de la famille Hermès.

Désormais chaque personne disposant d’au moins 0,5 % du capital est contrainte de se déclarer nominativement, la direction de la société souhaitant savoir « qui possède quoi ». En outre, afin de contrer les possibilités d’achats par des investisseurs extérieurs – comme Bernard Arnault – et conserver l’indépendance de la marque, les actionnaires familiaux majoritaires ont décidé qu’un tiers des bénéfices annuels seront obligatoirement réinvestis dans l’achat d’actions flottantes d’Hermès.

Ainsi Bernard Arnault est tenu à l’écart de la direction d’Hermès. On note que parmi les 53 actionnaires individuels familiaux du holding, 21 sont domiciliés à l’étranger (Suisse, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Maroc et Portugal).

Crédit photo : SimonQ/Flickr (cc).