Lundström le pirate politiquement incorrect - Par Franck Vinrech

Lundström le pirate politiquement incorrect – Par Franck Vinrech

12/06/2013 – 18h30
PARIS (NOVOPress) –
Vous ne connaissez certainement pas Carl Lundström mais peut-être avez-vous consommé ce qui a fait son immense fortune : les biscottes Wasa. Jusqu’à la vente de l’entreprise en 1982, il était le king du “pain croustillant” au niveau planétaire. Il s’est ensuite tourné vers l’offre de services internet (fournisseur d’accès, stockage de données online, etc.).

Cet homme d’affaire s’est réfugié en Suisse à la fin de son procès perdu qui l’oblige à payer des royalties conséquentes aux majors principalement yankees. En tant que soutien financier du site de téléchargement Pirate Bay (logo en Une), il a été reconnu coresponsable du manque à gagner généré par le piratage.

Aujourd’hui, il a demandé sa mise en faillite personnelle et les majors ne seront donc probablement pas payées.

Lundström le pirate politiquement incorrect - Par Franck Vinrech

Carl Lundström

Mais Lundström a “pêché” sur autre chose, pas illégal mais impardonnable pour les mass médias occidentaux : il est très actif dans le financement des campagnes anti-immigration et d’organisations souverainistes de son froid pays.
Avec la condamnation officieuse mais déjà effective du nationalisme dans les médias, les patriotes sont-ils en passe de devenir les pirates de la politique ?

La Suède lui doit par son chéquier l’émergence du BSS (Bevara Sverige Svenskt, “Gardons la Suède suédoise”, cela vous rappelle quelque chose ?) qui deviendra après fusion avec d’autres mouvements le Parti Suédois et aujourd’hui le SD, les démocrates suédois.

Le BSS était proche du FN des années 80 et a été le premier mouvement politique suédois à pointer d’un doigt juste et accusateur l’immigration et les dangers de la perte de souveraineté.

Comme quoi la libre circulation des informations en ligne, le libre échange des données numériques ne vont pas obligatoirement de pair avec la défense de la libre circulation incontrôlée des hommes, avec le nomadisme attalien et la destruction des racines. Hier, nous n’étions pas des numéros et aujourd’hui nous ne sommes pas du numérique.

Était-il un homme à abattre pour ses idées souverainistes ou pour le manque à gagner généré par le partage illégal ? Le piratage n’est-il pas ici un boycott des multinationales américaines, un acte intrinsèquement politique et symbole de la lutte anti-mondialiste ? Notons qu’à l’instar de tous leurs homologues européens, les nationalistes et identitaires français sont très actifs sur les réseaux de téléchargement.

Une explication qui donne tout son sens à la prise de risque du nationaliste Lundström quand il a parrainé Pirate Bay. Qu’avait-il à gagner en contrepartie du risque de finir aux galères ? Lundström gênait donc à plus d’un titre et en fin stratège il semble avoir préféré la fuite et le sabordage.
Parfois, c’est un signe de sagesse, de sagesse de pirate…

Franck Vinrech

Crédit image en Une : Πrate, via Wikipédia, licence Kopimi (copy me). Crédit photo dans le texte : Calandrella, via Flickr (cc).